Rechercher
  • cesarloubard

#DaniTerreur : The Message (Paris)

L'égo, frère ou traître de la confiance, complice ou supplice de l'existence est à Ouranos ce qu'est Gaia : Un combat constant d'être et d'âme, condamné à dépendre éternellement l'un de l'autre.


Si l'allégorie est osée, permettez moi tant bien que mal de tenter de négocier avec l'égo. Moi même ne sachant pas comment pourrai-je converser avec vous d'égo à égo sachant que je ne sais dans quelle catégorie placer le votre, afin d'être juste et que nous puissions parler d'égal à égal. Mais bon, je m'égare et finalement abandonne! Parler de ces égo tragiques ne me permettra jamais de pouvoir être juste et catégorique. Au diable la tentative de la justice de l'égo!


Je me permettrais, en revanche, de remettre l'égo, le mot bien sûr, à sa place. Selon le dictionnaire, l'égo se définit simplement par "sujet pensant". Si le "Je pense, donc je suis" de René Descartes issu de son "Discours sur la Méthode" s'avère être vrai, alors nous devrions changer notre méthode et notre discours sur l'égo! Avoir beaucoup de pensées ou d'égo, à votre guise, n'est donc ni un problème, ni une fin en soi. Evidemment, si le raccourci est facile, la complexité de la question ne se révèle que lorsque que l'on doit gérer contrôler et accepter ses pensées. Autant "sujet pensant" que vous l'êtes, chers lecteur.rice.s Dani a choisi d'accepter une conversation avec l'égo et de vous l'a faire partager. Cette reflexion sur ses pensées le délivre en partie de celui-ci, car accepter c'est aussi un petit peu et toujours, délivrer.

Honnête et sincère, Dani se présente devant vous, guitare au bout du bras, blouson cuir sur les épaules, sourire au bout des lèvres comme un "Mec Cool Triste". C'est pour cela que l'on ne peut qu'apprécier son travail et le point de vue qu'il se fait de son art.


Il ne me reste à présent, après avoir tenté de faire une éloge honnête de l'égo, de vous laisser glisser à travers ces lignes, pour découvrir de façon intègre et sincère les mots d'un affranchi de l'égo surtout d'un artiste des mots.


Dani Terreur pour Radio Loubard




Hello Dani! Très heureux de te cyber-recevoir sur Radio Loubard! Bien arrivé au studio? Comment ça va en ce moment ? Hello Cesar, oui bien arrivé, ça va super en ce moment, j’ai beaucoup de boulot et il y a pas mal d’actualité entre la sortie de mon nouveau titre et la sortie de l’album d’Alice et moi. Nous ferez-tu le plaisir de te présenter aux lecteur.rice.s de Radio Loubard? Je m’appelle Dani je suis chanteur, producteur et compositeur de musique, j’ai grandi à Paris et j’ai appris la musique de manière autodidacte. J’ai sorti un album et un Ep en 2018 et entre temps j’ai bossé avec pas mal d’artiste en compo et production/arrangement, notamment Alice et moi, Mélodie Lauret, Louve et Nicolas Dax. Tu as eu un rapport à la musique assez tôt qui, au-delà de la rencontre avec l’instrument a aussi été une autre redécouverte dans tes liens familiaux. Est-ce que cela a pu renforcer ton amour pour la musique de par sa signification pour toi ? Largement, je jouais un peu de musique de manière naturelle et naive sur le piano de mon père quand j’avais 6 ans puis après j’ai totalement arrêté. Une fois que mes parent se sont séparés quand j’avais 14 ans je me suis mis à la guitare pour me rapprocher inconsciemment de mon père qui était musicien. Une fois lancé je me suis dit que c’était pas possible d’arrêter que je voulais montrer à tout le monde dans ma famille que je pouvais devenir le meilleur à la guitare, prouver que je pouvais faire quelques choses. A l’époque je n’aimais rien j’étais très mauvais et turbulent en cour, j’étais perdu et c’est cliché mais la musique m’a donné une raison de vivre et envie de faire des choses.


Tu me disais avoir été influencé par Prince ou David Bowie car tu as trouvé en eux l’intégrité entière de leurs personnalités à travers leurs musiques. Comment conçois-tu ce besoin de sincérité à travers ton travail ? Pour moi c’est devenu impossible de faire de la musique sans sincérité, sans croire à ce que je chante. J’ai juste l’impression que ça ne le fera jamais si je me force, que le public y croira encore moins et que les morceaux auront encore plus de chance de finir au fin fond d’internet. J’ai trouvé cette sincérité chez Bowie et Prince que ma mère écouté en boucle quand j’étais petit. Ils peuvent passer pour des rois de la mise en scène et du calcul mais au fond ils ne font aucuns compromis et montrent à la terre entière leur âme. Est-ce que tu as déjà eu l’impression d’avoir perdu ou oublié cette sincérité dans le passé ? J’ai eu du mal en commençant ma carrière de chanteur à être sincère je me suis caché derrière une figure de poète maudit rêveur car j’avais peur de rater en montrant au monde qui je suis. Si on rate en montrant qui on est on pense que ça va faire plus mal. Mais j’ai plus souffert d’avoir « raté » en me cachant. Maintenant l'échec ne me fait plus peur je ne ferai que me relever en disant voilà c’est moi Dani.


On échangeait justement sur le fait que l’on nous imposait souvent un rôle, que ce soit dans la musique ou dans d’autres interactions sociales d’ailleurs, pourtant, chacun a un rôle à jouer dans cette symphonie humaine! Penses-tu justement que malgré nous, on finit par incarner le rôle que les autres nous ont donné ? C’est possible c’est une question qui donne le vertige, je pense que si on écoute au fond la voix qui nous parle depuis l’enfance on sait où va, il suffit de s’écouter. C’est juste compliqué car on passe notre vie à se regarder avec le regard des autres et à se comparer. Mais au fond je pense qu’on a tous le pouvoir d’incarner le rôle que l’on veut intimement Le message de Mec Cool Triste, ton dernier son, c’est finalement celui s’affranchir d’un rôle qu’on t’as donné en assumant celui que tu as choisi ? C’est exactement ça, c’est la chanson qui fait tomber le masque de mon rôle d’artiste poète rêveur mystique. Qui dit à l’auditeur voilà qui je suis, un mec cool triste avec ses faiblesses, son égo. C’est un genre d’auto critique bienveillante. C’est un morceau assez égocentrique mais j’ai reçu plein de message de gens qui se reconnaissent dans les paroles et ça me touche beaucoup.


Les thèmes abordés dans tes nouvelles chansons sont plus centrés autour des questionnements, de la gestion et des combats de toi face à ton égo. Comment vois-tu cette relation? Comme un couple ou comme un adversaire ? Je le vois comme un moteur, c’est ce qui me fait avancer, en regardant mon égo droit dans les yeux sans compromis j’arrive à comprendre qui je suis et à créer de la musique, à résoudre des problèmes. C’est un ennemi quand on essaye de le regarder avec un filtre ou de le chouchouter mais quand on decide de l’affronter ça devient un allier comme dans un couple. C’est un animal sauvage qu’on doit apprivoiser.




. Même si l’égo est en nous, tu me disais commencer à le voir de l'extérieur, ce qui est bien évidemment la première étape de la compréhension de tout concept. Est-ce que tes chansons ne te permettraient pas finalement de t’adresser à lui ? C’est ça, les chansons qui vont sortir sont un dialogue cartes sur table avec mon égo, on est en train de se réconcilier d’enfin se comprendre, c’est la première fois de ma vie que je me regarde dans le miroir et que je me dit : Dani, voila c’est toi regarde tes faiblesses c’est ça qui te fait avancer arrête de te cacher, de te surévaluer ou de te sous évaluer. On va avancer ensemble et faire de la bonne musique et si dieu le veut remplir des Zenith haha Le thème de l’égo n’est pas souvent abordé mais pourtant omniprésent avec des réseaux sociaux qui encensent le sujet et créent cette compétition malsaine. Si un auteur doit parler de son époque, Dani, tu es dans le tube de la vague! Que penses-tu de l’idée de pouvoir mettre en face ce fait pour les gens ? Merci ! Je suis d’accord l’égo est partout, tellement partout qu’on ne le voit presque plus. La culture de l’égo surpuissant et incontrôlable est un acquis ancré dans notre société. J’aimerais bien que ma mixtape/ « étude sur l’égo » parle à un public mais je n’ai aucunes leçons à donner. À mon avis donner des leçons par la musique ou sur les réseaux est un piège égoïste et sterile. Je veux juste inviter ceux qui le veulent à se questionner et se regarder en face plutôt que de se regarder à travers des couches de comparaison, de peur et d’angoisse.




Tu me disais que tu étais un branleur et que la musique t’avais transformé en bosseur et je me retrouve, dans ma catégorie, pas mal sur ce point haha! Qu’est ce qui te donne envie de bosser autant ? J’ai un désir de réussite insatiable qui me pousse toujours à aller plus loin. C’est parfois un peu dangereux pour la santé mentale mais j’apprend à le maitriser. Je pense que ça vient de ma période branleur quand j’étais ado, je veux montrer aux gens et à ma famille que je suis capable de faire des choses et si possible un jour de grandes choses, j’ai une revanche à prendre c’est mon moteur. Mais aussi je dois avouer que je bosse beaucoup parce que j’adore ça et que si j’arrête j’angoisse et je suis triste. Quand je fais de la musique et que je suis occupé je suis heureux.

On passe en mode Vlogeur! C’est quoi ta Daily Dani’s routine ? La Daily Dani routine est assez simple :

Je me lève tous les jours à 8 / 8h30 heures même si je me suis couché hyper tard je n’y peut rien c’est physique.

Je sors mon chien Maitre mims qui est un des individus que j’aime le plus sur cette planète et je me fais un café. Je fais 20 min de sport (gainage / pompe/ abdo) pour rester en forme et ne JAMAIS avoir le bide de bière ;) Puis je passe la journée au studio de 10 h à 19h/20 h soit je bosses avec d’autres artistes soit je bosses pour moi. Puis le soir je retrouve en général des amis pour boire des coups et décompresser, ça peut durer très tard parfois mais je serai toujours là le lendemain au studio. Quand il y a les tournées c’est un peu different, j’ai hâte de retrouver ça !



Tu as également produit le dernier album d’Alice et Moi! Peux-tu nous parler de cette collaboration ? On bosse ensemble avec Alice depuis maintenant 3 ans, à la base j’étais guitariste remplaçant sur la tournée, puis je suis devenu « titulaire ». On a beaucoup accroché musicalement on a commencé à bosser ensemble sur sa reprise de l’amour à la plage pour deezer, puis on s’est mis à composer ensemble et j’ai fini par faire la réal de son album c’était vraiment un honneur parce que à l’époque je n’étais personne dans le milieu en tant que prod. On a une alchimie incroyable en studio. Parfois on à même plus besoin de se parler se comprendre.


Quelles sont les prochaines sorties ? Je sors un nouveau single début septembre puis une mixtape de 8 titres debut octobre. Il y aura surement une surprise en plus début 2022 et je prévois la sortie de mon deuxième album pour l’automne 2022 Musicalement, comment as-tu composé ton prochain E.P ? J’ai essayé de partir que de choses nouvelles musicalement. Pedant un mois je me suis enfermé au studio et je me suis empêché de sortir mon telephone pour écouter des mémos vocaux, je voulais que de la nouveauté, j’y suis allé à l’instinct. Dès qu’une suite d’accord ou mélodie sortait je l’enregistrais dans Ableton et je commençais à produire et à écrire le texte. Si au bout d’une heure il y avait rien de cool je passais à une autre. J’ai fait une trentaine de titres comme ça, dont mec cool triste et les 8 autres qui sortiront en septembre. Pas de “panne musicale" en ce moment à priori…. Quel est ton viagra de la créativité musicale?? Pour le moment ça va, c’est tout le contraire de la panne musicale, j’ai la chance d’être très productif. Je pense que le secret pour éviter la page blanche c’est de demystifier la création artistique, savoir s’arrêter ou passer à autre chose quand sa bloque et dans mon cas de travailler avec d’autres artistes.

Le mot de la fin ? Merci pour tes supers questions, j’espère qu’on se verra bientôt en concert !


DANI TERREUR SUR INSTAGRAM

DANI TERREUR SUR YOUTUBE

18 vues0 commentaire