Rechercher
  • cesarloubard

#Felicie : The Message (Manchester/Paris)

Les lignes mélodiques de Félicie s'inscrivent parfaitement dans cette recherche quasi-tribale qu'implique la sensation commune d'un kick que l'on partage. Impactant, juste et toujours suivi d'un groove sublimé et impeccable, sa musique pourrait se faire sans doute la porte-parole de certaines émotions que seule la techno peut exprimer. Plus encore, son style "distorted" trouve avec justesse, également sa place pour décrire l'époque dans laquelle nous vivons. "Distorted"peut se traduire par "déformé" et pas besoin de longues phrases pour que vous visualisiez le lien évident entre notre quotidien et celui des tracks de Félicie.


Vous le savez, chers frères et soeurs, que chez Radio Loubard, nous allons toujours chercher le positif dans les mots! Me voila donc prêt à défendre le "déformer"!

Déformer quelque chose offre la liberté de découvrir autre chose de ce qu'on pensait définitif. Si il peut être vu de manière négative, comme celui qui se ferait le frère d'une quelconque altération dénaturant la justesse ou le sens d'un concept, je trouve toujours pertinent de s'accorder le bénéficie de la déformation qu'offre un changement de point de vue. Déformer implique de s'éloigner du sens imposé et d'autre part de forcément en détourner le sens.


Se détourner incarne pour moi la déviance ou la prise de la tangente, si précieux à l'innovation créative et à l'imagination collective. Les déviants sont le plus souvent des artistes, qui laisse volontiers aux ingénieurs du génie civil la verticalité des lignes et des formes. Prenons par exemple Picasso, Juan Gris ou Braque ayant avec brio, décidés de faire de leur art du cubisme, prenant avec courage la décision de faire enfin bouger les lignes. Faire bouger les lignes, c'est aussi se détourner de la voie tracée, c'est prendre le chemin inverse en s'inspirant de la route actuelle pour façonner la sienne. L'âme de l'artiste se doit d'être déviante, elle se détourne avec élégance et confiance des lignes, des choix ou des moeurs. Ces idées sont celles qui sont aussi fondatrices de celles que la Techno souhaitait promouvoir, avec peut être moins d'élégance et de confiance, mais toujours pleins de conviction.


Alors, la prochaine fois que vous entendrez les lignes de l'oscillateur trembler dans la techno distorted de Félicie, vous pourrez vous rappelez qu'elle aussi a décider de faire bouger la ligne! Et quand elle fait bouger les lignes, ce ne n'est pas que dans l'oscillateur qu'elle le fait, c'est dans le travail qu'elle produit, c'est dans ce qu'elle vit et incarne.


Félicie pour Radio Loubard




Hello Félicie! J’espère que tu vas bien ? T’as tristement dû quitter le soleil flamboyant de Manchester ?


Hello ! Tout va bien merci :) Oui je suis de retour sur le sol français, mais bon pas pour si longtemps, car Manchester reste quand même ma ville de cœur ;)


Pourrais-tu nous parler un peu de ton parcours dans la musique ?


J’ai grandi avec des parents qui écoutaient énormément de house et de musique électronique, j’ai donc toujours baigné dans cet univers. Plus tard, lorsque j’ai commencé à sortir à Paris et Berlin, j’ai tout de suite été attirée par les soirées où la techno était considérée comme plus « hard et distorted », je m’y sentais à l’aise et la vibe me correspondait. J’ai commencé à digger ce style, voulant en découvrir davantage, et c’est comme cela que j’ai commencé à apprendre à mixer par moi-même. Deux ans plus tard, j’ai débuté la production, car je voulais m’exprimer d’une façon différente avec mon empreinte, à travers mes propres tracks.




Tu as commencé à te faire connaître sur Paris via les soirées EXIL. Comment s’est passé la rencontre avec eux et qu’as tu pu tirer de toutes ces expériences ?


J’ai rencontré la team d’Exil lors de l’une de leurs soirées au Glazart à Paris en 2017. On a tout de suite bien accroché! Je commençais à mixer lors de cette période-là, alors ils m’ont proposé de jouer pour l’un de leurs afters, ce qui fut mon tout premier gig ! Avec le temps, je suis devenue résidente, et aujourd’hui je suis vraiment reconnaissante pour tout ce qu’ils ont fait, et d’avoir cru en moi dès le début, car grâce à eux j’ai pu découvrir la scène sous un autre angle, et faire mes débuts a l’étranger.


Ton arrivée chez Soma Records a été un peu surprenante! Comment es-tu arrivée à rentrer en contact avec eux ?


J’ai participé à leur Producer Challenge il y a deux ans, et ma track est arrivée seconde de la compétition. Depuis, on a toujours gardé le contact, et j’ai continué de leur envoyer mes tracks. C’est comme cela que mon premier EP, Daddy Issues, est né :)



Tu as fait preuve de persévérance et par conséquent, de mérite! C’est important de continuer de croire, de travailler et de garder la foi dans ses projets en tant qu’artiste?


Merci ! Si tu ne crois pas toi-même en tes projets, il sera difficile de transmettre ta vision et ta passion aux autres. Je pense que lorsque tu fais quelque chose que tu aimes, par laquelle tu es passionné, et ce pour les bonnes raisons, avec le temps et du travail régulier, tes projets seront toujours récompensés.


Comment pourrais-tu définir ta musique ? Qu'essaies tu de transmettre à ton public pendant un set ou sur tes productions ?


En quelques mots, un mélange de distorted, fast et groovy. Je joue seulement des tracks que j’aimerai moi-même entendre en club, et sur lesquelles je pourrai danser, car je pense que la danse est l’une des essences principales de la techno. A travers un set ou mes productions, j’essaye d’en faire ressortir cette énergie, et de la transmettre au public. Dans la vie de tous les jours, je suis quelqu’un de plutôt timide, donc la techno me permet de m’exprimer et de sortir toute cette énergie intérieure.



Tu me parlais d’un possible retour à une techno plus groovy et moins indus brutale en lien avec le fait que les gens auraient au grand retour de la fête un désir d’aller vers quelque chose de plus entraînant que Dark. Comment pourrais-tu expliquer cela ? Est-ce que ça influe indirectement sur la musique que tu crées ?


Je pense que toutes ces périodes de confinement ont été assez dures pour beaucoup de personnes, et que le public va avoir envie de faire la fête et profiter de différentes façons ; de danser pendant des heures et de tout oublier. En ce moment on assiste au retour d’un style de techno plus groovy, influence 90’s, avec des vocales ou des mélodies qui lui sont propres. Un style qui corresponds bien à ce Summer of Love tant attendu !

Personnellement, j’ai toujours orienté ma production vers des sonorités plus dures et industrielles, mais qui comprennent souvent un certain groove, qui est pour moi indispensable pour obtenir une track « always danceable ».




Est-ce que tu penses qu’on pourra vivre un “Summer of Love” en 2022 haha?


Je pensais que ce Summer of Love arriverait en 2021, mais malheureusement je crois qu’on va le repousser un peu sur le calendrier! Peut-être qu’on aura le droit à un hiver rythmé, je ne perds pas espoir !


Sur l’EP de Daddy Issues, tu nous as délecté d’un superbe clip à l’esthétique Cyberpunk en 3D impactant! Quelle était ta volonté derrière cette réalisation supplémentaire ?


Je voulais proposer une vision différente de ce que l’on peut habituellement voir sur la scène techno, en matière de vidéo clips. J’ai toujours adoré l’univers 3D et je voulais allier ces deux mondes, afin d’obtenir comme résultat un clip qui correspond à la fois à ma musique, et à mon style. Un bond dans un futur cyberpunk, version warehouse.



Penses-tu justement que la musique électronique dans sa globalité sera amenée à apporter plus de contenus audiovisuels sur des releases ?


Yess, beaucoup d’artistes utilisent maintenant le support visuel pour renforcer et partager leur vision de la musique, et vice-versa. C’est un très bon moyen supplémentaire pour pouvoir s’exprimer et partager ses idées, car les possibilités y sont infinies, et l’artiste via le biais de la vidéo, peut vraiment faire passer le message qu’il souhaite transmettre.


As-tu l’impression que depuis le Covid, l’attention se base un peu plus sur la musique que sur tous les ornements qui peuvent l’entourer ?


Je pense que le covid a affecté énormément de monde sur tous les plans possibles, mais a aussi eu des effets positifs sur notre façon de voir les choses, et ce notamment au sein de l’industrie de la musique. Pour être honnête, je pense que l’on ne verra pas de si gros changements que l’on a pu s’imaginer. Mais j’espère qu’il y aura quand même une redirection d’attention sur la musique, et moins sur certaines futilités, mais aussi une évolution au niveau des line-ups, pour y voir notamment plus d’artistes locaux, et une plus grande diversité.





Tu le sais, j’ai adoré l’idée des bougies BDSM, ça a eu beaucoup de succès pendant Noël en famille! C’est top de pouvoir proposer du merch qui sort de l’ordinaire! D’autres idées en tête…?


Non je ne pense pas que tout sera exactement comme avant, il y a quand même une évolution des consciences sur plusieurs points de vue, je pense juste que ce changement pourrait prendre du temps, surtout si on le veut durable dans le temps…

Merci ! Oui ça a connu un certain succès sur les tables familiales a Noël, je recommande vivement hahah ! Cela peut être un bon élément déclencheur de conversation ;)

Quand j’ai commencé à fabriquer ces bougies BDSM, de base ce n’était pas pour les vendre, je les ai partagé sur mes réseaux sociaux, les gens ont apprécié, et c’est comme cela que ça s’est fait. Dans l’immédiat je ne pense pas proposer d’autre merch, mais pourquoi pas dans le futur :)





Quelles sont les prochaines sorties à venir ?


Quelques Various Artists à venir, et je travaille en ce moment sur mon second EP.


T’aurais pas un peu d’énergie positive à nous donner?


Je pense que l’on a fait le plus dur et qu’enfin, on peut apercevoir la lumière au bout du tunnel !


Tu aurais pas 3-4 artistes à nous faire découvrir ?


HXIST



Jassass



Measure Divide




EAS



3-4 tracks ?


Endlec – Kalposa



Johnny Piras – Deadly Underground




Ganez the Terrible – The Unknows




Jassass - Ярость




Autre chose à nous faire partager (Documentaires, Livres, Films etc…?


Eyes Wide Shut – Stanley Kubrick Le documentaire sur L’Éventreur du Yorkshire, sur Netflix Les Oiseaux - Hitchcock






35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout