Rechercher
  • cesarloubard

#GlobalStudio : The Message (Paris)

Global Studio sont des autodidactes (adjectif et nom) : "Qui s'est instruit lui-même, sans maître". Définition qui dans le style et dans l'impact frappe fort mais qui pourtant pourrait se voir faux et légèrement corrompu de vérité.

Me voilà une fois de plus, pleins d'arrogance, à contredire les définitions de L'Académie Française à qui Google a volé le travail, pardonnez moi chers lecteurs mais j'ai dû mal à me retenir...


Si je me permet de contredire Big Brother, c'est que je suis accompagné de pleins de citations, de mots, de pensées que j'ai de plein gré dérobé à Austin Kleon dans son livre "Steal like an Artist". Il énonce clairement dans ce livre qu'aucune création n'est vraiment original et que tout est une juxtaposition d'inspirations prises chez les autres. S'instruire soi même, c'est juste prendre le temps d'apprendre de 1000 autres, afin de trouver son style, son approche, son concept.


Je vais volontairement utiliser beaucoup de citations pour développer ce sujet, ce livre a contribué à une partie de ma pensée, riche des autres mais véritablement indépendante et original. Vous êtes toujours l'unique personne à pouvoir ressentir le résultat de la somme de toutes ces additions d'inspirations.


“If you steal from one author, it’s plagiarism; if you steal from many, it’s research.” énonçait le scénariste Wilson Mizner. Que ce soit dans le cinéma ou que l'on soit chercheur en physique quantique, un travail de recherche ne s'appuie que sur le travail d'autres, qui vous permettent une base, un départ. Il faut avoir soif d'apprendre, soyez assoiffé de savoir et vous verrez que vous serez bien loin de Proust et sa Recherche (ennuyante) du Temps Perdu.


Allons aussi chercher du côté de David Bowie, dont Global Studio aurait surement réalisé le clip si ils étaient un peu plus âgés : "The only art I’ll ever study is stuff that I can steal from.” ou alors du côté de Salvador Dali "Those who do not want to imitate anything, produce nothing.”

Qui ici pourrait remettre en cause le style de Salvador Dali qui a carrément inventé le surréalisme ? Ou alors le style unique de David Bowie qui a déboulé avec son Glam Rock dans toutes les scènes du monde ?


Tant de questions auxquelles Global Studio répondrait par "Avoir son propre style, ça passe par une expression sans peur" et ils ont raison. Assumez votre style, travaillez-le, continuez d'avoir foi en lui, quoiqu'il arrive et vous avancerez sans peur.

Avec votre bagage d'héros inconnus d'internet ou d'héros célèbres, rappelez vous que ne vous êtes jamais seul, et avec de tels compagnons de voyages vous êtes évidemment plus fort !


Et comme dirait un des inventeurs de la Nouvelle Vague, Jean Luc Godard “It’s not where you take things from, it’s where you take them to.”



Global Studio pour Radio Loubard


Clip réalisé par Global Studio pour Ichon


Hello Global Studio ! Vous avez passé un bel été ? Plutôt plongée sous marine ou plongé dans le travail ?


Hello hello !

Super, nous avons pu tester notre résistance physique, en période lunaire ou solaire selon les jours, plutôt ambiancés par de l’apnée photographique, entourés de flore apaisante et d’ondes musicales métales, gabber ou expérimentales pour rythmer tout ça.


Est-ce que vous pourriez nous faire une petite rétrospective historique de Global et vous présentez également pour nos lecteurs ?


Julien & Antoine, deux directeurs artistiques, forment : Global Studio. Nous présenter en tant que personne n’a pas trop d’importance, ce qui a plus de valeur à nos yeux c’est l’envie commune que nous avons de créer ensemble depuis notre (Re)naissance, il y a 4 ans.


Global c’est un idéal esthétique qui regroupe à la fois l’absolu et le néant. Nous pouvons y retrouver de la violence comme de la douceur, du bleu comme du rouge, des personnages comme des natures mortes. Nous aspirons à explorer toutes les formes d’expressions auxquels nous sommes sensibles.


On aime aussi faire des blagues.


Global c’est un idéal esthétique qui regroupe à la fois l’absolu et le néant




Vous ne sortez pas d’école de cinéma et vous êtes entièrement autodidacte. Par quoi est passé cet apprentissage ?


Principalement par la curiosité et l’échange. En explorant au plus profond des internets, nous trouvions tout le temps des choses à nous montrer. Nous naviguions de tumblr en tumblr jusqu’à découvrir des trucs enfouis qui nous plaisaient. L’apprentissage a surtout été culturel pour nous, pour avoir une vision commune et des références qui nous inspiraient tous les deux. L’aspect technique était vraiment subsidiaire au créatif. Si nous devons parler d’apprentissage technique, ce serait plutôt lié à l’expérience acquise au fur et à mesure des projets.


Vous me disiez que vous travaillez en tant que réalisateur mais que vous vous considérez plutôt comme 2 Creatives Director au sein d’un studio. Dans quelle mesure cette différence peut se traduire dans votre travail ?


Nous avons la sensation que c’est surtout dans le résultat que cela se ressent. Un réalisateur peut exceller sur tous les aspects de mise en scène, dialogues, jeux d’acteurs, rythme… Cela ne garantira pas que le film aura sa propre esthétique et sera beau. Nous considérons plutôt que notre attrait pour l’impact visuel prime sur celui de la mise en scène, sans pour autant le négliger. Si nous devions avoir un Mantra sur un plateau de tournage ce serait un truc du genre “ la technique au service de l’artistique “.





Le fait d’être autodidacte peut apporter plus de souplesse à la création d’un projet artistique. Pensez-vous que cette flexibilité a pu vous aider à chercher et à avoir votre propre style ?


C’est possible mais nous ne pensons pas que c’est une vérité absolue. Avoir son propre style, cela passe par une expression sans peur. Chaque personne est unique et un style est une résonance de notre sensibilité. Nous pensons plutôt que lorsque tu es autodidacte te protèges des avis extérieurs, cela simplifie surement le processus pour avoir confiance en ses capacités.

Avoir son propre style, cela passe par une expression sans peur.


Comment pourriez-vous définir l’esthétique de Global ?


Puissance & Sensibilité / Agressive & Friendly







J’ai adoré l’idée "d’oxymore visuel"! Vous essayez d’utiliser d’autres “figure de style visuel” dans vos travaux ?


Nous avons souvent la volonté de mélanger le concret et l’abstrait, ce qui peut être une forme d'allégorie visuelle. Nous essayons aussi de s’interroger sur le thème de la personnification, sans que ce soit forcément explicite dans nos travaux. C’est un concept qui revient souvent dans nos discussions.


Vous commencez à avoir réalisé quelques clips avec des noms assez connus avec des sorties assez récentes. Comment se passe la relation avec les artistes et comment procédez-vous dans l’échange d’idée et la réalisation ?


Le clip c’est un exercice difficile. Pas dans la technique mais dans la relation avec les artistes. En soit, nous sommes au service de leur projet et cela convient à beaucoup de réalisateurs mais nous avons du mal à s’abandonner complètement à l’image d’un artiste.


Ce qui est fragile, c’est l’équilibre entre l’image que tu veux donner à ton clip et l’image que l’artiste souhaite avoir. Nous préférons largement les collaborations où l’artiste nous place en responsable artistique de son clip et nous ouvrons une discussion libre autour de ce que nous essayons de créer.





Vous êtes un duo qui se connaît depuis très longtemps et qui a quasiment toujours travaillé ensemble. Est-ce qu’il y a des rôles au sein du duo ? Comment l’échange devient efficace et pertinent ?


Oui c’est vrai que nous collaborons depuis longtemps. A vrai dire, notre studio a un fonctionnement assez anarchique qui ne permet pas d’avoir des rôles.


Nous nous voyons pour avoir des discussions autour d’un thème et la cohérence naît de l'accord, parfois de la contradiction mais ça reste une synergie créative qui fonctionne sans explication. Nous nous sommes affranchi d’un système d’organisation et de rôle depuis le départ parce que cela nous représentait pas. Le côté punk de cette démarche nous convient mieux, c’est une forme de liberté individuelle que nous nous accordons pour nous sentir à l’aise.




J’adore personnellement l’édito avec Adult.Antwerp ou le travail avec Fils Cara qui est bien différents de vos réalisations clips par exemple. Pourriez-vous nous parler de la démarche artistique et de l’effet souhaité de ces deux travaux ?


Merci !

En fait, c’est surtout différent parce qu’il y a la volonté d’être différent à la base. Ce qui n’est pas forcément vrai pour tous les projets qu’on fait en clip. Pour Adult Antwerp, l’ADN / le message de la marque simplifiait déjà beaucoup le processus. Le côté post-gender est hyper intéressant, et notre amour commun pour les peintures flamandes a vite orienté la direction de la campagne. Ces deux projets ont en point commun le fait que les discussions avec l’artiste / la créatrice était très fluide, sans entraves.






Finalement, cela prouve de votre part un certain éclectisme et une capacité à pouvoir passer rapidement d’un style à un autre avec d’autres méthodes ou outils ! C’est une volonté de votre part de ne pas devoir se cantonner à un seul style ?


En fait ce serait plutôt la volonté de pas se soumettre à la pression des autres. Il faut toujours placer les gens dans une case. Nous retrouvons ça énormément dans les milieux artistiques et c’est vrai que ça nous plait de lutter contre ce schéma. Nous avons vraiment pas l’impression de changer tant que ça notre style à vrai dire. En fait l'éclectisme provient surement du fait que nous prêtons notre vision en support à un autre projet artistique et nous adaptons en fonction. Mais nous croyons fermement qu’on peut nous reconnaître dans chacun de nos projets.





Global Studio dans 3 ans c’est quoi ?


L’espoir d’avoir gardé notre côté expérimental et de s’être propagé au delà de nos frontières <3


Quelle est l’histoire derrière le nom “Global” ? (Un expert en référencement SEO vous aurait flingué rapidement!)


Nous discutions du nom possible pour notre entité et c’était une vraie galère. Tout sonne bizarre quand tu penses que ça va te suivre sur plusieurs années. A l’époque, nous étions dans une colloc où ca geeker pas mal et nous avions poncé le jeux Cs GO (Counter Striker, Global Offensive). Nous avons pris ce qui sonnait le mieux dans cette inspiration un peu unique. Le fait que ça soit un blase avec du premier et second degré nous plaisait beaucoup, nous sommes parti la dessus.






Vous n’auriez pas 3-4 artistes à nous faire découvrir ?


Antonin Hako

Clement Mancini

Mario Picardo

Yves Ciroc Manon Westenberg

Euro Rasta Club

Germes Gang

Claudia Maté


3-4 sons ?


Tha Dogg Pound - Dogg Pound Gangstaz



Dj Premier - Classic (feat. Rakim, Nas & Krs One)



Paula temple - Gegen



Paul seul - Garder vos distances



Krampf - Should we accept trance



Jardin - Broken




Fatima Al Qadiri - "Spiral" ft. Bobo Secret



Coucou Chloe - Flip U



Burzum - Dunkelheit



Thou - Inward





Autre chose à nous faire partager (Films, Livres, Documentaire etc…)

Un jeu : Cs Go

Un livre : L’insoutenable légèreté de l’être

Un sport : Le skate et surtout le premier bomb drop de Lizard King dans Baker has a deathwish

Un documentaire : la vida loca

Une anim : South park

Un film : Un prophète


Global is your friend <3







52 vues
Join my mailing list
  • White SoundCloud Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon