Rechercher
  • cesarloubard

Klon: "Noise" Clip Review

Les Klon sortent enfin leur premier clip sous forme de lyrics animé pour le titre "Noise" disponible sur toutes les plateformes de streaming. Je souhaitais réaliser une review du clip et du morceau afin de présenter mon interprétation de cette première sortie du groupe aux 7 membres.


Je vous laisse découvrir le clip "fait-maison" pour ceux qui ne l'ont pas encore vu :



Rapidement, l'on peut identifier un univers distinct inspiré d'une animation en 2D qui évoque des souvenirs d'enfants.

Le synthé apparaît, les accords de guitare s'y glissent, rejoint par la ligne de batterie et de basse puis la voix douce comme issue d'un nuage de la chanteuse double un rythme répétitif, le jour se lève, le cadre est posé, le voyage commence.


Ce qui a directement attiré mon attention c'est le monstre métallique a apparence humaine qui "presse" des humanoïdes à la chaine. Compresse oppressante d'un monde sous pression, symbole d'une démence humaine, essoufflée par sa propre condition pourtant issue de sa propre création.

N'y voyait aucune publicité avec mon prénom mais le clip m'a immédiatement fait penser au sculpteur César, connu pour ses compressions d'acier et pour la statuette qui porte son nom, remise aux acteurs lors d'une cérémonie que vous connaissez tous.


César appartenait au mouvement des nouveaux réalistes et c'est dans cette dimension que je souhaiterais évoquer le travail esthétique, symbolique et graphique du clip des Klon.

Les nouveaux réalistes sont des anciens idéalistes et le texte de "Noise" converge entre ces deux paradoxes pourtant si proches. L'âme de l'enfant toujours idéaliste et créatif croise l'exigence sociale de grandir et d'être "réaliste" nous soumettant à l'acceptation d'un réalisme que nous n'avons pas choisie. Il faut beaucoup de courage pour se consacrer entièrement à la musique et Klon fait partie de ces personnes capable d'idéaliser le réel pour réaliser leurs idées faisant d'eux les réalistes des idéalistes.


Le premier couplet nous ramènent à ce qu'est d'être adulte peut signifier dans la poursuite du temps vain, ayant l'impression d'être un Sisyphe des villes contemporaines, témoin involontaire "d'une boucle qui se lasse sans issue de secours". Puis la trame poétique fait son chemin et s'implante en douceur dans nos esprits, accompagné de lignes pompeuses, au rythme des pistons démentielles de la ville. Le refrain fait écho à la situation et aux symboles évoqués avec ma phrase préférée du morceau :



"Tic tac dramatique, le temps m'attaque, me met des claques, quand je clique quand je surfe online, je n'entends plus tes cris ni mon coeur qui craque"


Le temps comme un drame, l'horloge comme une arme, comme une illusion à laquelle nos esprits s'attachent et où nos âmes s'attardent. Beau symbole d'un temps consacré aux choses que l'on pense ou que l'on pensait importantes, nous faisant faire abstraction de l'essentiel, de l'essence même de nos vies. L'amitié, l'environnement et l'amour sont des choses que nous devrions plus souvent"écouter", plutôt que de se soumettre à cette "Recherche du Temps Perdu": illusion triste d'une folie humaine essoufflée. Merci les Klon de nous le rappeler !


Mais heureusement, l'humain n'est pas perdu, et tel la boite de Pandore, l'espérance surgit de la terre, refleurissant un monde que l'on n'imaginait même plus aussi coloré. Parce qu'après les ténèbres, il y a toujours un nouveau jour, toujours une deuxième chance, et tant qu'il y aura de l'art et des idéalistes, il y aura la possibilité de voir fleurir une nouvelle époque. J'en suis convaincu.


With Love & Idealism,

César


NOW THAT YOU LOVE THEM SUPPORT THEM:


INSTAKLON

YOUTUBE KLON





28 vues
Join my mailing list
  • White SoundCloud Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon