Rechercher
  • cesarloubard

#KLON "Santa Barbara" Clip Review

Mis à jour : avr. 14



Klon nous livre avec leurs troisième clip, les secrets des souvenirs de vacances éternelles que gardent habituellement les vagues auprès d'elles. Nous offrant, du même coup, un aperçu de l'expérience onirique du trip estival extatique qui trouve son extase dans une autre expérience, celle de l'amitié.

Car si il y'a une éloge dont "Santa Barbara" aspire, c'est bien celle de l'amitié dont elle transpire. Cette éloge, qui déloge l'adversité dès lors que l'éloquence d'un regard complice remplace les milles mots qu'on n'aurait su prononcer. Souvent sur un oeil qu'on plisse, sur un clin d'oeil qu'on glisse.


Parce que, sans blague on n'y croit, on a envie de vivre dans ce clip, plus fort encore, chacun peut s'identifier et y trouver sa Madeleine de Proust.

Evidemment, mes chers frères et soeurs, les effluves de l'été ne manquent jamais de rappeler à notre mémoire, le précieux souvenir des nombreuses premières fois en tout genre. Des premières croyances en l'amour et ses supplices que les orgasmes sans histoires délivrent jusqu'aux premières substances que les poumons respirent, Klon nous livrent sur un synthé d'argent le désir retrouvé de retourner à cette idylle.


A l'heure où l'innocence des rêves n'est plus permise, où l'on ne doit plus "croire" mais "savoir", où l'imagination s'est faite la soumise de la mondialisation, la vision des Klon nous rappellent que l'orgasme est toujours possible. Oui, on peut encore rêver de Superman et de Super-Nanas et on a toujours le loisir d'imaginer des vagues qu'on peut décider ensuite de surfer.

N'ayons plus peur de la folie des grandeurs, la folie est déjà assez présente ailleurs pour avoir à subir celle des autres.


Et quoi de mieux, mes chers frères et soeurs, que de finir sur une citation de celui sans qui l'été serait bien triste?

"La Folie des Grandeurs? Je ne récuse pas le terme. Je n'ai jamais lésiné sur mes rêves"

Paul Ricard


Bon c'est mon côté marseillais qui prend le dessus, mais je préférais toujours le Ricard à Marseille que le Granita à Santa Barbara, je sais que les Klon me pardonneront et me comprennent!


En attendant, je vous souhaite une excellente découverte du sublime clip des Klon qui, je l'espère vous inspirera à vous aussi la Madeleine de Proust de vos premières fois estivales...




75 vues0 commentaire