Rechercher
  • cesarloubard

#LéaOcchi : The Message (Berlin/Paris)

Sans public.

Ce sanguin consensus laisse un sentiment semblable à une vie sans musique. : triste et non-consenti. En dehors des quelques allitérations que l'écriture permet, ce sinistre constat laisse à une grande parties des créatifs de toutes générations confondues une amertume constante. Si l'on crée une sculpture, un tableau ou de la musique c'est surtout pour le partager, pour le ressentir ensemble et c'est dans le collectif que la créativité prend sa mesure et sa grandeur.


Cette année a provoqué une division entre artistes et publics dans sa manière "classique" d'interagir l'un avec l'autre. Même si la résistance s'est organisée, donnant lieu à de superbes événements organisés avec brio et courage, le mot "scène" s'est vue malgré tout altéré de façon drastique. J'attire votre attention sur ce mot, la scène peut signifier 2 choses: La scène en tant que lieu concret et la scène en tant que mot désignant un groupe de créatifs dans une ville ou dans un pays. Léa vit actuellement à Berlin et est autant actrice de la scène berlinoise que parisienne où elle exerce en tant qu'artiste et promotrice avec Spectrum. Vivre et agir dans une scène est quelque chose d'assez puissant, donnant lieu à de multiples rencontres et projets qui inévitablement apporte à chacun de ses membres une opportunité d'évoluer de grandir ensemble, porté par une motivation commune. Cette énergie est propulsée par l'envie irrésistible de porter des valeurs, profondément animé par la croyance que celles-ci peuvent changer et apporter quelque chose de nouveau à notre génération. Cette foi inébranlable puisent dans le sentiment partagé que chacun retrouve lorsque ces valeurs sont ressenties de manière commune, c'est en cela qu'elle est puissante et qu'elle trouve sa force.

A l'heure où nous sommes tous séparés, je reprendrais les mots du pianiste jazz londonien Joe Armon Jones qui ont apporté une vision plus sensible et contemporaine de ce qu'une scène représente :

“Community is a better word than scene, man”


A nous d'agir en conséquence, puisque le concept de scène, dans son sens premier a été perdu, nous devons faire preuve de solidarité et de courage en appuyant et en misant sur l'impact d'une communauté. Pour continuer à vivre ces moments qui nous manquent tant, seul la force d'une communauté représente une alternative crédible à la poursuite de la diffusion de nos valeurs. C'est ce qui nous anime tous profondément et c'est en nous rapprochant, en travaillant ensemble et en agissant comme une communauté que nous saurons incarner la réponse aux changements que subit notre génération.


En attendant, je vous laisse découvrir Léa, que j'ai adoré lors d'un set au about:blank à Berlin avec du public, la chance hein! Merci Léa pour ton travail, pour Spectrum et pour toutes les valeurs que vous porterez dans le futur!


Léa Occhi pour Radio Loubard


Hello Léa! J’espère que tu vas bien et que tu gardes le moral! Toujours sous les toits enneigé de Friedrichshain ?


Hello! Oui, ressenti jusqu’à -15 ici à Berlin, mais casanière que je suis, cela ne me déplait pas. J’adore cette ville aussi pour ses côtés sombres et froids l’hiver, c’est très inspirant !


Comment s’est passé cette année un peu particulière pour toi ?


Comme tout le monde, je suis passée par tous les états cette année ! Des hauts et des bas, ennui, doutes, colère, tristesse mais aussi détermination, réflexions, repos, créativité. Entre Berlin et Paris, j’essaie malgré tout de positiver et rester active le plus possible.

Mais la, on va pas se mentir, on en peut plus!



C’était une année charnière pour Spectrum qui s’est vue quelque peu modifiée. Pourrais-tu nous parler de Spectrum et de la situation actuelle ?


Comme tous les promoteurs, notre activité s’est arrêtée brutalement en mars dernier. Un coup dur que l’on a très mal vécu avec ma team, car nous avions travaillé comme des fous pour avoir des line-ups pointus et recherchés durant toute l’année 2020. Mais on a vite rebondi, et avons lancé en avril dernier notre chaîne de podcasts! Nous en sommes très heureux. C’était primordial pour nous de continuer, via ces podcasts, la promotion d’artistes émergents, locaux ou internationaux peu connus en France. Nous travaillons également la reprise, et essayons d’imaginer de nouveaux formats, notamment des événements en extérieur pour cet été. Nous souhaitons aussi nous diriger vers des rendez-vous types « concerts », mêlant lives, performances, lectures, DJ sets, expositions. L’idée est de créer un lieu de vie où chacun.e peut manger, boire, danser et découvrir de nouvelles choses de midi à minuit. Un moment rythmé par la musique mais travaillé avec de la scénographie et/ou de l’art visuel qui viendront compléter ce panel artistique et culturel.



photographies par @accros_mysight


Quelles sont les valeurs et le mantra de Spectrum ?


Spectrum est né du désir d’apporter un nouvel espace safe et de liberté à la communauté LGBTQ+. La liberté sous toutes ses formes, respect, tolérance, partage, et amour du son !





Tu as personnellement un style assez berlinois! Est-ce qu’une de tes volontés était d’apporter ce genre musical et ce genre d’ambiance à Paris ?


OUI. Ce style de musique, et cette vibe groovy est très peu présente à Paris, et même en France. Nous avons vraiment à cœur de construire une identité forte, mêlant une techno spirale, mentale et groovy et on tend à s'éloigner du style New Rave / EBM qui ne correspond pas à notre ADN finalement.


N’as tu pas peur d’une mauvaise réception du public parisien par rapport à ce style plus mental et groovy ?


Absolument pas! Il y a une forte communauté à Paris en recherche de cette subtilité musicale, ce rythme groovy / tribale qui fait tant voyager. Je reste persuadée que le public sera au rendez-vous et ils nous l’ont déjà prouvé ces dernières années, car nous créons des lineups depuis 2017, et les retours ne sont que positifs.


Même si tu dois gérer entre vie professionnelle et vie d’artistes, on attend toujours tes premiers tracks! Tu as des releases prévues ?


Ahah, cette pause forcée est le moment idéal pour créer, c'est certain! Je vais à mon rythme, mais cela prend du temps. Mon but est de sortir un premier EP l’année prochaine, et peut-être même sur un nouveau label que je vais créer… ;)



Tu me parlais de nombreuses influences hors-techno… Quelles sont-elles et vois-tu un lien entre ces styles et la musique que tu joues en set ?


En parallèle de la techno, j’écoute énormément de Jazz, soul. Également des chansons françaises comme Gainsbourg, Barbara, France Gall. De la pop, comme ABBA, Angèle, Dua Lipa. Ou encore de la psytrance, mon meilleur remède dès que j’ai un coup de mou! Tout cela influence ma vision de la musique oui. Et démontre mon côté bipolaire Ahah


Tu as eu l’occasion de pouvoir réaliser quelques livestreams et quelques podcasts notamment pour Room Lab, United We Stream France et pour HÖR à Berlin, comment te sens-tu par rapport à la caméra et par rapport à la relation entretenue avec le public ?


Je déteste les livestreams! Ahah. C’est un exercice très stressant pour moi, car tu n'as pas le droit à l’erreur, et jouer sans public est déstabilisant. Mais en cette période, c'était important pour moi de garder ce lien avec le public, grâce à ces lives, et je continuerai à en faire tant que je peux!



Est-ce que tu vas jouer des tracks que tu ne jouerais pas forcément en club lors d’un livestream ou d’un podcast ?


Exactement, c’est aussi un moyen de travailler des ambiances différentes et de se permettre de jouer des tracks différentes que je n’aurais pas osé en club. Des rythmes plus lent, deep.



Comment vois-tu le futur ? (Donne nous de l’énergie positive!!!)


Dans mes rêves les plus fous, de la fête, des corps (nus) dansant, une salle bondée, de la musique, des sourires.. Bref, la vie! Mais la réalité est telle que nous allons devoir patienter encore un moment, et nous adapter encore cette année pour penser la fête autrement. Et j'espère que mon rêve se réalisera en 2022! <3


On pourra te revoir bientôt en livestream ou en podcast ?


Oui, des nouveaux podcasts et livestreams sont prévus ces prochaines semaines! Notamment pour Yoyaku, ou encore un nouveau showcase Spectrum sur HOR le mois prochain avec un guest très spécial :)



Tu n'aurais pas 3-4 artistes à nous faire découvrir ?


Mes artistes préférés du moment : Arkan, Bidoben, Parano, Assumption, Rene Wise, Atonism. À écouter, absolument !


3-4 tracks?


Nina Simone - Work Song



Esther Phillips - Release Me



Dionne Warwick - Don't Make Me Over



Barbara - Les insomnies



Fase Bipolar - D3Nsity



Tu veux faire une dédicace à la Skyrock en 2009 ?


Ahahah Grosse cace-dédi à tous les amoureux de la musique, on se retrouve bientôt et ce sera magique. D’ici là, prenez soin de vous <3



77 vues0 commentaire