Rechercher
  • cesarloubard

#Lacchesi : The Message (Paris)

Vous savez ce qui est réellement agréable avec le fait de vous écrire régulièrement et d'avoir Radio Loubard ? C'est comme une boite de Pandore : Je m'explique, si je regarde par la fenêtre ou si je vois d'autres médias, je ne vois que tout les maux de l'humanité que la boite reçue des dieux renferme. En revanche, comme vous le savez, c'est l'espérance qui en est la dernière effluve et absolument toutes les personnes que j'ai pu interviewés ont choisis de s'échapper de la boite armés de cet ultime évasion.


Je ne connais pas toutes les armes de Lacchesi mais si il en est une des plus identifiables c'est la détermination qui en serait l'arme fatale. Vous serez d'accord avec moi, chers lecteur.rices que le père de le moteur de la determination est évidemment le sens. C'est ce qui détermine l'action, qui le précise, qui le clarifie, le sens est le moteur de toutes determination. En son sein, ce moteur indestructible permet à chacun de tenter et peut être d'accomplir de grande choses, accompagné d'une envie irrésistible d'aller de l'avant et d'avancer vers ce que l'on croit juste.

Je pense sincèrement que le leitmotiv de Lorenzo s'incarne dans la dimension humaine qu'il a choisi de placer au centre de ses préoccupations, agissant comme l'essence même de ses actions que ce soit avec Maison Close Records ou avec Technopol.


Il me parlait d'ailleurs d'un passage nécessaire de la résilience à une véritable détermination pendant le confinement et j'ai trouvé sa position très juste par rapport à la situation actuelle. La résilience est, à l'origine, un terme utilisé en physique qui "caractérise l'énergie absorbée par un corps lors d'une déformation théorisé par le "Test Charpy".

L'année que nous vivons ensemble est évidemment l'une des plus déformées, absorbant notre énergie sans relâche, imposant son incertitude taciturne et nous tentant de tendre immanquablement vers la lassitude. La première chose à faire est de l'absorber entièrement, de la tolérer, d'intégrer pleinement cette résilience et puis de faire le choix du passage de la résilience à la résistance, porté par le sens et la détermination.


"L'art est comme l'incendie, il se nourrit de ce qu'il brûle" énonçait André Malraux, nous vivons une époque splendide qui nous offre la chance de pouvoir absolument tout reconstruire sur les cendres d'un passé qui ne nous appartient plus.

C'est à Lorenzo, à moi, à vous d'incarner cette génération. N'ayons plus peur d'être ambitieux, mettons nous à la hauteur de nos rêves, plaçons la détermination comme la reine-mère de nos actions. Ne lésinons pas, agissons.

Et puis, avons-nous vraiment le choix ?


En attendant, j'ai un petit conseil à vous donner pour vous donner la motivation, c'est le dernier EP de @macdeclos et de @ntbr pour @maisoncloserecords disponible en fin d'interview.

Il n'y a rien de mieux que la Techno pour représenter notre génération, plus que jamais, elle en est l'étendard. J'en profite donc pour remercier Lorenzo et Maison Close et je vous laisse le découvrir à travers les mots qui suivront...


Lacchesi pour Radio Loubard




Hello Lacchesi ! Merci d’être avec nous, toujours un plaisir de te lire! Comment s’est passé ton été ? Plus calme que d’habitude j’imagine ?


Hello César, merci pour l’invitation! C’était effectivement plus calme que d’habitude mais ça m’a permis de pouvoir prendre plus de temps pour Maison Close et me recentrer un peu sur pas mal de choses. Je pense que tout le monde l’a vécu d’une manière différente mais en a forcément retiré quelque chose de positif!


Pourrais-tu te parler un peu de ton parcours ainsi que tes multiples activités à présent ?


Je suis né à Paris et je fais de la musique depuis toujours! Formation instrumentale autodidacte puis des études d’ingénieur du son, tout en créant et dirigeant le collectif Péché Mignon fondé en sortie de lycée avec des amis artistes. Quelques disques et quelques évènements plus tard et un diplôme en poche, je suis devenu réalisateur chez Radio France Internationale et pensais avoir une longue vie de radio devant moi. C’était sans compter sur la rencontre avec l’équipe de la Quarantaine et mon premier gig, en octobre 2017, lors de leur évènement très remarqué dans l’imprimerie du Monde. Janvier 2018, je quitte mon job et décide de vivre de la musique. Je rejoins Jakob chez Raise Booking peu après et Maison Close Records naît en Mars 2019.




L'envie de créer avec Jakob Maison Close est partie d’une motivation particulière. Pourrais-tu nous dire qu’est ce qui a pu motiver ce choix ?


L’idée est née d’un constat simple : Il y a trop peu de structures dans notre pays qui arrivent à empêcher l’exode de nos artistes français à l’étranger. Ainsi le label a pour but premier de promouvoir la scène locale parisienne et son vivier de jeunes artistes en constante évolution. Le rêve devrait commencer ici, là où le talent existe. Nous refusons l’idée reçue que les années d’or de la scène électronique française soit derrière nous - Parlerons nous toujours d’Ed Banger dans 10 ans, pourtant seuls leaders dans les années 2000 pendant une période de disette événementielle inédite? Nous avons une scène magnifique, remplies de personnes motivées, pleins d'énergie et de volonté et Maison Close s’inscrit clairement dans ce désir de mettre en avant cette scène.




Vous accordez une certaine importance à la promotion de jeunes artistes en pariant notamment sur la promotion via de nombreuses releases. Que peut t’apporter cette énergie et cette force d’expédition?


En 1 an, nous avons 5 releases ayant mobilisé un peu plus d’une vingtaine d’artistes avec récemment l’EP de Mac Declos et NTBR avec un remix de Chlär! On a pas lésiné sur le côté release et on va clairement continuer dans cette direction. D’un point de vue personnel, je dis souvent que je suis entouré d’artistes plus talentueux que moi et cet échange m’apporte énormément sur plusieurs points. On travaille entre potes et cela crée une situation idéale pour grandir et évoluer, tout est une question d’échange et d'interaction.


Last release w/ @macdeclos / @ntbr / @chlär


Tu me parlais d’une dimension humaine très présente dans ton travail et au sein de Maison Close, qui s'avère plus que précieuse au vu de la situation actuelle du monde de la fête. Pourquoi prioriser le rapport humain est-il important pour toi dans ton travail ?


L’apport de la dimension humaine est inhérente à ma manière de bosser dans tout les cas! Mes valeurs se retrouvent là dedans et il est évident pour moi que tout partage et échange doit se faire sans concession et cela apporte plus de richesse et de générosité à la création, tout cela est tellement essentiel au développement social et humain. Je pense que sincèrement, si l’on considère la relation artiste/label comme un échange, nous devons rendre à l’artiste sa générosité et j’espère que les artistes sont heureux de bosser comme ça. En tout cas, moi j’aurais beaucoup de mal à ne pas le placer au centre de mon quotidien.


Maison Close Record 1 year anniversary



Tu te veux fervent défenseur de la culture et de la notion forte de partage qu’elle induit. Par rapport à la situation actuelle, que représente pour toi l’importance de s’unifier pour garder ces valeurs qui lui sont propres ?


Je pense que le monde de la musique fonctionne comme un organisme vivant : si un maillon de la chaîne est brisé, le reste aussi. D’où l’importance de privilégier cette union entre l’ensemble de ces acteurs et de se responsabiliser individuellement au sein de cet organisme en faisant le nécessaire d’un point de vue humain et professionnel. J’ai le profond sentiment que cette nouvelle génération a la motivation, le talent et les clés en main pour réinventer un modèle viable davantage axé sur le vivre ensemble et peut être plus adapté à la situation actuelle. Tout ça ne se fera pas sans l’apport de la culture qui est l’élément rassembleur et le liant de cette jeunesse. Le monde de la fête représente bien ce lieu d’épanouissement personnel et collectif et ses nombreuses possibilités d’échange, son rôle pour le futur devient de plus en plus important et nous avons le choix de le faire vivre et perdurer. A nous de nous y investir à fond !




Tu me parlais également de ce sentiment de renouveau possible après cette crise. Comment verrais-tu le futur possible et par quels moyens pourrions nous être en mesure d’incarner cette renaissance ?


Je pense que le Covid est une catastrophe absolue mais tout les cataclysmes mènent à un renouveau. Une crise c’est lorsque le passé n’est plus et le futur pas encore là. Il est évident que notre manière de travailler et de vivre ensemble doit se fixer sur une pensée à quasi survivaliste. On a tout le temps du monde pour reconstruire quelque chose, un projet viable incluant la sécurité du public, des artistes et des emplois de milieu. Cette crise a prouvé qu’il faut urgemment inverser cette tendance précaire et diabolisée de notre secteur. Je suis convaincu que cette génération est très volontaire et très sensible face ce que sont les enjeux sociétaux actuels et futurs. Cette période désastreuse pourrait être l’élément déclencheur pour concevoir intelligemment la fête de demain.




Comment s’est passé d’un point de vue personnel le confinement ? Par quelle étapes as-tu pu passer et qu’est ce que cela t’as permis de faire ou de réaliser ?


Déception immense comme beaucoup de professionnels vis à vis d’annulations majeures pour ce qui s’annonçait comme un retour certain au premier plan de la scène française à l’international. Je suis clairement passé par plusieurs phases très extrêmes et j’en ai profité in fine pour me mettre sérieusement au boulot ! Je me suis que je n’allais pas passer mon temps à chouiner et une véritable détermination est née en moi. L’indifférence collective envers notre secteur d’activité a rendu impossible tout espoir de retour à la normale rapide après cette crise, notre résilience n’a eu pour seul résultat que fragiliser notre statut, il faudra donc se battre pour récupérer ce qui nous est dû et bien plus encore.




Comment prépares tu tes sets et qu’essaye-tu de transmettre au public en soirée?


Franchement, je ne prévois jamais ou très peu mes sets, j’essaye de comprendre ce que veut le public et m’adapte en fonction tout en gardant mon style et mes envies bien sûr.

Un dj c’est quelqu’un qui travaille pendant que les gens s’amusent et je ne perds pas de vue ce côté là pendant mes sets. J’essaye de transmettre de l’énergie et de l’amour au public pour qu’on puisse tous passer un bon moment ensemble!



Tu travailles avec Jakob au sein de Maison Close avec des rôles différents. Comment se passe la relation entre vous deux ?


Nous sommes deux associés aux qualités différentes. Jakob gère mieux la partie événementielle et je m’occupe plutôt de la partie release et artistique. Nous sommes néanmoins un duo qui travaille ensemble en permanence avec une dualité des idées qui est super importante, on peut ne pas d'être d’accord sur un point mais cela mènera quoi qu'il arrive à une décision commune qui sera la meilleure pour le projet. C’est génial de pouvoir bosser comme ça et c’est bénéfique pour lui, moi et nos artistes.




C’est quoi les prochaines sorties à venir ?


Maison Close passera au vinyle en début d’année prochaine ! Pas de teasing vous verrez par vous même, mais nous n’avons pas prévu de lever le pied, bien au contraire.


Nous venons également de sortir un nouveau merch avec la jeune marque La Maskarade, à retrouver sur notre Bandcamp avec tout notre catalogue !


Disponible ici



Maison Close et Lacchesi c’est quoi dans 3 ans ?


Impossible à dire, on va travailler dur et se souhaiter ce qu’on mérite.


Tu n'aurais pas 3-4 sons à nous faire découvrir ?




38 vues
Join my mailing list
  • White SoundCloud Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon