Rechercher
  • cesarloubard

#Laze : The Message (Marseille) // Epistolar Release Party 03.12

Sortir de la cohérence c'est surement ce qui démarque le plus un processus créatif et marque le plus les souvenirs d'un.e artiste. Trahir la ligne, fuir le tracé, refuser la prétendue perfection de l'ordre et enfin se détourner du logique serait il la clé de l'originalité, de la surprise ?


Se détourner incarne pour moi la déviance ou la prise de la tangente, si précieux à l'innovation créative et à l'imagination collective. Les déviants sont le plus souvent des artistes, qui laisse volontiers aux ingénieurs du génie civil la verticalité des lignes et des formes. Prenons par exemple Picasso, Juan Gris ou Braque ayant avec brio, décidés de faire de leur art du cubisme, prenant avec courage la décision de faire enfin bouger les lignes. Faire bouger les lignes, c'est aussi se détourner de la voie tracée, c'est prendre le chemin inverse en s'inspirant de la route actuelle pour façonner la sienne. L'âme de l'artiste se doit d'être déviante, elle se détourne avec élégance et confiance des lignes, des choix ou des moeurs.


Faut-il dans ce cas tout déconstruire ? Avancer dans les méandres du hasard ? Laisser cours à l'instinctif ? Non, bien sûr, une nuance s'impose. Considérant la cohérence comme un ami à double face, Laze préfère plutôt créer des ponts. Méthodologie moderne d'une forme de néo-cohérence plus adaptée à un échange, entre artiste et public, entre étrangers et autochtone, entre rendez-vous Tinder ou qu'importe !


N'en déplaise à nos compères germaniques ou nos amis blonds scandinave, la cohérence n'est de toute façon pas un mot valide dans le dictionnaire marseillais. Assez logique finalement que l'artiste marseillaise ne suive pas les lignes du Bauhaus ou l'organisation d'un magasin Ikea.


Certes peu objectif mais sincèrement convaincu, Laze est une des artistes les plus prometteuses marseillaise et dans la scène française et c'est avec un immense plaisir que nous l'a recevons aujourd'hui sur Radio Loubard !


Vous allez encore dire que j'en fais trop mais franchement, sa track sur le projet d'Epistolar est définitivement la meilleure de la Various Artist, au même niveau que nos chers amis producteurs de longue date!


Merci à toi le sang, longo mai !


EPISTOLAR RELEASE PARTY


 

Laze pour Radio Loubard



Hello Laze ! Comment ça va ? C’était comment cette soirée avec les potes d’Animals Industry à Marseille le week-end dernier ?


Hello hello!! Alors merci ça va vraiment au top! On va dire que je me remet difficilement de ce samedi de malade! Animals a cassé les docks des sud et c’était assez phénoménal!


Alora, va béné ! Pourrais-tu te présenter pour nos très chèr.e.s adoré.e.s lecteur.rice.s de Radio Loubard ?


Du coup moi c’est Laze! Je suis Dj et productrice, je viens de Marseille, et je fais majoritairement de la techno et du break, et plus si affinité!



Comment es-tu arrivée dans la techno ?


Alors j’ai découvert la musique électronique un peu en solo quand j’étais assez jeune. Vers les années lycée j’ai commencé à aller en soirée avec mes potes et à découvrir le monde de la fête. J’ai commencé par des soirées psytrances, techno ou hardcore, même aussi à aller en teuf. J’étais très observatrice et j’ai accumulé je pense des connaissances musicales qui m’ont poussée à m’y intéresser de plus près. J’ai ensuite rencontré Caisson Gauche sur Marseille et me suis rapprochée de ce groupe et donc encore plus de la techno.


Tu me disais que, même ton style était définitivement orienté vers la techno dans sa globalité, celui-ci évolue pas mal durant tes sets, en créant des “ponts” entre eux. Qu’essaye-tu de créer justement avec ces ponts stylistiques ?


Ces ponts sont pour moi un moyen de dynamiser mes sets. Je vois chaque mix comme une histoire à raconter, un moment immersif avec des variations. En basculant d’un style à un autre, je pense que j’essaie malgré moi de choquer les auditeurs ou le public, de sortir du modèle du set 100% cohérent et d’arriver à quelque chose de plus spécial et unique. Ces chocs créent des moments de tension intéressants.




Cela se retrouve aussi dans tes productions ?


Oui absolument mais ici d’une autre manière. Dans les sets, c’est plus d’ordre de la transition et vraiment passer d’un style à un autre. A travers les prods c’est plus du mélange, et c’est plus poussé, car on peut se permettre de travailler les détails et de mélanger les styles et influences pour créer des morceaux nouveaux avec des sonorités particulières.




En parlant de productions, sachant que tu as commencé par le mix, comment es-tu arrivé à pouvoir sortir des tracks ? Où a-t-on pu d’ailleurs t’apercevoir ?


Je bidouillais déjà ableton au moment de commencer à mixer, mais il m’a quand même fallu un confinement et une pandémie mondiale pour m’y mettre sérieusement. J’ai commencé à boucler mes premières tracks pendant l’arrivée du COVID, et vers mai, Matière Production m’avait contactée pour sortir un podcast chez eux, j’en ai profité pour glisser quelques mots sur mes productions qui collaient assez avec la direction artistique du label Matière! C’est comme ça que j’ai sorti ma toute première track “6 millions” chez eux! J’ai ensuite sorti sur le VA de Maison Close et chez Southfrap Alliance, ici à deux reprises, sur d’autres projets de matière, chez DuCoeur records et sur la dernière compil Chineurs de House!




Tu m'expliquais que sur scène, tu aimais te laisser aller à une manipulation du public et une volonté de “choquer les gens” ! En dehors de l’envie irrésistible de provoquer une crise cardiaque collective, qu'essaies-tu de dire par là ?


Hahaha je n'irais pas jusqu’à la crise cardiaque mais il est vrai que c’est quelque chose que j’adore faire dans mes sets. Pour moi il est important surtout sur scène de provoquer un sentiment de surprise dans la balade musicale que j’essaie de mettre en place. J’aime emmener les gens avec moi dans mon univers, et rien de mieux que la surprise pour pimenter le voyage!



Est-ce que tu penses qu’en ayant justement grandi dans une ville comme Marseille, que cela as-pu te détendre dans tes sets en t’encourageant à oser plus que si tu avais grandi dans une scène plus établie et définie ?


Complètement! Marseille c’est la liberté, l’absence de règles et ça fait l’essence de la ville, donc musicalement ces codes assez brisés se ressentent aussi. Découvrir la musique dans cette ville, c’était aussi se confronter à des artistes libres, une fête décomplexée avec beaucoup de partages et de différences. Marseille avec toutes ses influences et sa richesse culturelle ont clairement participé à ma vision musicale et à cette diversité que je veux dans mes sets!


Comment te sens-tu à présent dans la ville ?


Je m’y sens toujours à l’aise, je participe de plus en plus à faire vivre Marseille à travers des événements et artistiquement parlant! Je ressens une évolution constante dans le développement de la ville, qui est je pense positive. Malgré tous ses côtés merveilleux, Marseille manque de lieux et d’infrastructures pour justement pouvoir montrer cet art et cette culture omniprésents dans le quotidien des marseillais. On voit quelques lieux émerger et une volonté de la jeune scène locale ou non de changer les choses, et je trouve ça plutôt plaisant!




Tu as récemment participé à Epistolar, une (superbe trop ouf) Various Artist en collaboration avec Raise et Radio Loubard ! Comment t’es tu retrouvé sur ce projet ?


Superbe trop ouf c’est le mot! Eh bien tout d’abord par la proposition de Radio Loubard quand le projet était embryonnaire! J’ai essayé de saisir le concept que j’ai trouvé directement hyper intéressant et complet. Je me suis dit que j’étais hyper heureuse de participer à ce projet différent d’autres VA que l’on peut trouver habituellement.


Quels sont tes retours d'expériences en tant que productrice sur Epistolar ?


C’est une expérience qui m’a beaucoup enrichie. Le fait de ne pas savoir où on est positionnés dans la boucle de départ est déjà assez surprenant, ensuite vient le moment où on reçoit le remix à remixer, la pression de sortir quelque chose de satisfaisant, et puis ensuite la surprise à la réception de la compil complète!! C’était incroyable de comprendre d’où venaient certains samples que l’on avait récupérés et travaillés, on capte qui a rajouté quoi, et quand on compare la première et la dernière track c’est assez fou!!



Qu’as-tu apporté au projet ?


Je pense avoir apporté une touche musicale assez personnelle dans ce projet à travers ma track. CLTX que j’ai du remixer et moi on a des styles de production complètement différents, lui bien plus sombre et moi un peu moins, j’ai dû faire un gros virage et un changement de sonorités assez importants pour arriver à avoir une track qui correspondait à mon univers! La track change donc beaucoup de son remix au mien!




Tu viens à Paris pour la résidence de Rinse sur Maison Close et pour la date le vendredi au Petit Bain ! Trop heureux de t’y retrouver, t’es chaude ???


OUIII!! Bien trop chaude de tout ça! J’ai vraiment hâte de retrouver tout le monde et de fêter ensemble ce beau projet! Bien trop hâte de voir les B2B improbables à la release party et tout ce que ça va créer!


Quelles seront tes prochaines releases ?


Je travaille actuellement sur mon premier EP qui sortira courant 2022, et j’ai déjà hâte <3





56 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout