Rechercher
  • cesarloubard

#Nathan Sélighini : The Message (Metz)

Ce qui m'a beaucoup touché dans les compositions de Nathan, c'est sa capacité à mettre en scène une émotion, un désir, un regret, une envie cachée dans des photos qui ne cache pas ce que la sensibilité dévoile. Mais comment se dévoiler ? Comment faire tomber le voile ? Le commun des mortels me répondrait qu'être simplement soi même, sans filtre ni maquillage ferait amplement l'affaire. Mais à l'heure où les filtres d'Instagram régit la conception de la beauté, l'approche de Nathan me semble des plus justes.


En se maquillant et en se mettant en scène, il se révèle d'une autre manière, guidé par son envie du jour et d'une certaine façon s'exprime plus que quiconque. Nous nous maquillons tous, le paysage des visages que le métro le matin nous offre est un bouquet de maquillage enfermé dans une mise en scène répétitive. Mais ce maquillage commun renferme bien des secrets que la foule nous empêche de percevoir, d'apprécier et de découvrir. Assumez son émotion et l'a sublimer par le maquillage offre à l'autre une manière différente de comprendre autrui, faisant tomber le masque de l'indifférence des 1000 visages que notre regard croise.


Et quelle époque pour parler du masque! Lui qui a pu être le symbole de la Vendetta d'Alan Moore et de David Loyd, de la mort rouge de l'écrivain Edgar Allan Poe, de Zorro le justicier ou de la folie de Jim Carrey se limite à présent à un seul et unique masque commun. Le visage des passants se défile partiellement à nos yeux et où l'on ne peut percevoir que les larmes et où le sourire à présent se dérobe. Comme si il n'y avait qu'une seule émotion possible.


Mais derrière le masque se cache toujours une intimité que Nathan nous partage chaque jour en n'ayant plus peur de révéler sa sensibilité dans sa plénitude. Admirez le travail d'un artiste, d'un photographe et découvrez entre les lignes de ces photographies, la lecture d'un journal intime.


Nathan Sélighini pour Radio Loubard




Hello Nathan ! Merci d’être avec nous sur Radio Loubard! Comment s’est passé ton été ?


Plutôt bien, un été confiné mais extrêmement productif.


Pourrais-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?


Je m’appelle Nathan Sélighini et je suis un artiste transgenre et pluridisciplinaire, je fais de la photographie, du maquillage, du dessin, de la couture, de la broderie perlée Haute couture et je partage tout ça sur ma galerie d’art 2.0 qu’est Instagram.




Que ce soit dans le maquillage, dans la photo, la post production ou même plus globalement dans la direction artistique de tes photos, tu es totalement autodidacte ?

Oui j’ai toujours été autodidacte, j’ai énormément aimé cet univers sans trop avoir le matériel ni la formation adéquat pour réaliser les idées que j’avais en tête. Il m’a fallu énormément de temps, de patience mais surtout de travail pour savoir utiliser correctement un appareil photo, les réglages, la lumière, Photoshop ou encore le maquillage. Encore aujourd’hui, c’est un plaisir d’apprendre de nouvelles techniques et c’est encore plus jouissif de les réussir et de le faire par mes propres moyens.



Comment en-est tu arrivé à faire de la photographie ? Qu’est ce que ça peut représenter pour toi ?


J’ai commencé à faire des autoportraits il y-a maintenant bientôt 8 ans, j’avais besoin d’une chose dans ma vie pour pouvoir exprimer mes sentiments et c’est grâce à la photographie que j’ai eu l’occasion d’exorciser mes peines, mes douleurs, de me battre pour mes principes et contre mes oppresseurs, d’exister en tant que personne différente dans un monde aux normes beaucoup trop présentes et oppressantes.



La notion du corps est omniprésente dans ton travail, pourquoi avoir fait le choix d’en faire une des thématiques majeurs de ton travail ?


J’ai toujours détesté mon corps, une fois trop féminin, trop masculin, trop gros, trop maigre et surtout pas du tout représenté dans la société. La photographie est une façon pour moi d’aimer mon corps, mes défauts, et d’assumer ma sexualité, de le transformer en œuvres d’art en le peignant et en l’immortalisant. Mon corps nu est politiquement incorrect pour certaine personnes et j’essaie de briser les tabous, les frontières du genre : Mon corps est politique, mon corps est artistique, mon corps m’appartient et j’en fais ce que j’en veux.



Tu as également eu l’occasion de pouvoir faire un Tour de France de shooting ! Qu’est-ce que cela a pu t’apporter ?


Oui, c’était une expérience très enrichissante, j’ai rencontré des personnes absolument incroyable, j’ai voyagé seul avec ma petite voiture et mon 1 mois de permis, j’ai vu des paysages fantastiques et ça m'a énormément inspiré en me permettant de me dire que moi aussi j’étais capable d'être un “vrai photographe”.



On peut identifier une certaine notion présente de composition graphique inspiré de l’art pictural ou plus largement d’un tableau au sens claire. Est-ce que cela vient d’une volonté particulière de ta part de composer de cette manière ?


J’aime énormément m’inspirer et regarder les jeux d’ombres et de lumière, les postures, les coiffures et les vêtements dans les tableaux, ça donne a mes photos une toute autre dimension, entre le réel et l’abstrait.




A un rythme de quasiment une photographie par jour, ça en devient presque une addiction! Est-ce que ton travail ne représenterait pas finalement une sorte de journal intime public ?


C’est un journal intime public! Chaque jour je crée un nouvel univers, chaque jour je suis une autre personne, je me déguise en personnage et ce sont des extensions de moi même. Souvent, je raconte des histoire plus ou moins intelligibles, toujours entre le réel et l'abstrait, le cauchemar et le rêve.



Tu te définis comme transgenre depuis peu. Est-ce que cela influe d’une manière ou d’une autre dans tes photographies ?


Non cela n’influe pas forcément sur mes photos, mais plutôt sur ma vie personnelle, j’ai enfin trouvé qui j'étais vraiment.


En dehors de tes autoportraits, tu travailles aussi avec des modèles. Quelles types de personnes souhaiterais-tu shooter dans l’avenir ?


Oui, Je travail beaucoup avec mes amies, ma famille et des connaissances.

J’aimerais à l’avenir prendre en photo et donner de la visibilité à la diversité dans toute sa splendeur, des gens de toutes formes, genres, ethnies, religions, sexualité, des gens comme moi différents, marginaux et hors normes.



Dans 3 ans, Nathan il fait quoi ?


J'espère que dans 3 ans je pourrais exercer le métier de mes rêves, m’épanouir pleinement dans ma vie, et continuer à faire photos dont je suis fier.



Tu n’aurais pas 3-4 artistes à nous faire découvrir ?


Les artistes qui m’inspire au quotidien:

-Leigh bowery

-Egon schiele

-Caravage


3-4 sons ?


Absolument tous les titres de Lana Del Rey, de Lady Gaga; Amy Winehouse et de Edith Piaf


Autre chose à nous faire partager ? (Films, Livres, Expo)


En ce moment je lis tous les bouquins de Mathias Malzieu!





34 vues
Join my mailing list
  • White SoundCloud Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon