Rechercher
  • cesarloubard

#Oihanamarre : The Message (Montpellier)

Mis à jour : sept. 16

Comme vous vous en doutez, chaque interview est ponctuée par un appel téléphonique avec l'artiste en question donnant cyber-lieu à une discussion autour de son travail et puis très souvent à d'autres échanges. La conversation avec Oihana était des plus plaisantes et je souhaiterais attirer votre attention sur l'inspiration qu'Oihana m'a gentiment donné,

sur la question du "moche".

Certaines de ses photos ou performances utilisent le dénommé moche pour en faire du beau, ce qui est toujours réussi et qui entrent en entière considération dans son processus artistique. Les mots qui suivront feront l'éloge du moche, mais n'allez pas croire, cher cyber-lecteurs que c'est mon opinion sur la question du travail d'Oihana!


Clarification faite, justification donnée, place au Manifeste du Moche!

Face à la dictature du bon goût hérité de la condescendance des bourgeois de la cour de Louis XVI, il nous faut renverser le pouvoir en place et nous aussi envoyer à la guillotine le prétendu beau.

Car quoi de plus subjectif que la beauté ou la laideur? Des diktats esthétiques des magazines féminins, à la nécessité d'être un homme viril, à l'importance de ne pas être trop gros ou trop mince jusqu'a la largeur des hanches, la longueur des poils nombres de variables du corps qui rentrent dans des cases pré-définies et supposées "objectivement beau".


Finalement, ce qui est propre à chacun devient la propriété de quelques uns qui ont reçu le pouvoir de décider pour nous, symbole d'une incohérence triste d'une suprématie injuste.

Pourtant cette dictature perdure et traverse éperdument les époques et les générations, instaurant la pensée unique du choix commun s'imposant comme un roi parmi les hommes.

Toujours dans l'idée de guillotiner la beauté, l'appel au régicide semble plus que jamais opportun et puisqu'ils ont le monopole du beau, nous prendrons les armes et défendrons avec ferveur le monopole du moche!


Nous sommes tous des êtres uniques et imparfaits et nous devons faire confiance au moche car en lui se cache beaucoup plus de beauté et surtout d'humanité. La perfection du design suédois, la blancheur d'une statue grecque, l'hypocrisie du corps parfait est bien ennuyant face à la diversité absurde de la vie de tous les jours. Si l'art doit être le témoin de son époque, qu'il soit honnête pour une fois!

Le troisième rond-point le plus moche de France d'Oihana, par son imperfection, nous ressemble bien plus que la Statue de la Liberté qui par son corps parfait ne défend visiblement pas beaucoup de libertés...


Ce qui nous reste face à la perfection de l'ordinateur c'est le fait que l'on soit totalement imparfait et incohérent dans nos choix, remplis d'erreurs et d'échecs qui demeurent insupportables pour le "software". C'est notre imperfection et nos erreurs qui nous donnent la possibilité d'être créatifs et de produire de l'art, ce qu'un ordinateur dans sa perfection ne pourra jamais comprendre.


Alors préservons notre espèce, embrassons le moche, aimons nos imperfections, refusons la dictature du beau et prenez les armes à votre disposition. Oihana, elle, a choisi son appareil photo pour "shooter" le moche et par la même occasion tirer sur les gardiens du "beau" et je sais que vous avez hâte de découvrir ses mots et son travail... Bonne lecture les imparfaits!



Oihana pour Radio Loubard




Hello Oihana ! Comment s’est passé ton été indien ? Muscu le matin et Thalasso l’après-midi j’imagine ?

Coucou ! Et pastis le soir voyons ! Sinon, oui, super bien, j’ai essayé de prendre du temps pour moi et me re-centrer dans mon travail. J’ai passé un bon mois vers Hossegor/Bayonne avec ma famille. J’ai fait une sorte de grande pause, ce que je n’avais pas fait depuis longtemps.

Et oui, je me suis remise au sport pendant le confinement (qui ça étonne ?). Mais je suis fière, j’ai de très très beaux trapèzes…

Pourrais-tu te présenter ainsi que de parler de ton parcours dans la photographie ?

Depuis petite j’ai eu la chance d’avoir une mamie qui m’a emmené à pleins d’expositions et de conférences sur l’art. J’ai été très sollicitée. Dans ma famille, il y a des tas de peintures et de sculptures dans toutes les pièces. Elles ont été créées par les deux frères de mon arrière-grand-mère qui ont fait les Arts-déco de Paris.

C’était évident pour moi, j’ai commencé la photographie assez tôt avec un vieux numérique du début des années 2000 qui appartenait à mes parents. A l’époque je me mettais en scène, je réalisais des tas d’autoportraits assez « so Blingee ». Je me rappelle aussi avoir fait une grosse série sur les pinces à linge, oui.

Après ça je me suis mise à photographier ma sœur, c’est à cette époque qu’il y a eu une mode où tout le monde créait sa page Facebook en s’auto-proclamant photographe. Suite à ça je me suis mise en enchainer les shoots j’ai acheté mon premier réflex et j’ai fait ça sérieusement. Depuis je charbonne de fou, impossible de m’arrêter.


Tu es donc également aux Beaux-Arts de Montpellier, tu utilises majoritairement la photographie pour tes travaux ou tu es amenée à produire avec d’autres pratiques artistiques ?

Oui bien sûr, je touche à tout les médiums, je ne peux pas rester uniquement sur la photographie. Par exemple, je fais énormément de vidéo, je filme toute ma vie depuis des années avec une petite caméra en strass rose. L’année dernière j’ai tourné un clip. Ce sont des choses que j’aimerai développer. Sinon, je fais des peinture exclusivement moche, mais ça, vous le verrez bien plus tard !

Tu me parlais de cette passion du mauvais goût… Qu’est ce qui va te séduire dans cette approche ou cette vision de l’esthétisme ?

J’ai toujours aimé reprendre les codes du mauvais goût. Je trouve ça assez provocant. J’ai grandi avec des influences punks. J’écoutais Kortatu à fond dans la voiture avec mon père. Par la suite j’ai découvert cet univers toute seule et je me suis épanouis. Je m’habillais n’importe comment avec des tas de motifs différents et une accumulation d’accessoires fait main. Je trouve ça intéressant de reprendre ça dans la photographie. Je m’ennuie vite avec la simplicité. J’ai besoin d’en faire toujours plus, de frôler les extrêmes. J’hésite d’ailleurs à me tatouer un tribal sur les reins. Vous pensez que c’est une bonne idée ?




Est-ce qu’il n’y aurait pas une manière de briser “la dictature du goût” en l’abordant d’une manière totalement différente à travers des sujets ne pas censé répondre aux normes du beau ?


Oui totalement, c'est ce que je fais. Au final le résultat rend bien. C’est un paradoxe. Je reprends les codes du moche pour en faire du beau.

Comment pourrais-tu définir ton esthétisme ou tes inspirations majeures ?

J’essaye d’adopter une esthétique assez particulière mixant les années 80 et le début des années 2000, cela crée un code intemporel. J’aborde un univers « Trash-punk » tout en gardant un côté très kitsch. J’apprécie beaucoup le magazine « Purple », il m’a aidé à m’émanciper de la photographie conventionnelle.



J’ai cru comprendre que tu étais plutôt bricoleuse... Qu’est-ce que peut t’apporter le fait ce côté DIY et débrouillarde dans ta scénographie ? En vrai, ça fait aussi parti du côté trash cheap non ?

J’adore bricoler de façon totalement amatrice des choses afin d’avoir des éclairages spécifiques, des effets de flou, des voiles ou d’éclat de lumière sur mes photos. Il y a un côté assez aléatoire mais contrôlé, c’est ce qui me plaît.

Quasiment tous tes sujets sont des femmes, est-ce qu’il y a une volonté particulière derrière tout ça ?

J’aime beaucoup travailler en sororité, ça fait partie de mes valeurs. Je donne du courage à mes sœurs, on se pousse mutuellement vers le haut. Et honnêtement, dans 80% des fois où je travaille avec des hommes, il y a un problème.



Tu me disais aussi que tu aimerais bien t’ouvrir à la gente masculine mais qu’ils manquaient de sensualité, ce qui ne correspond pas vraiment à ton travail. Est-ce que tu trouves ça dommage que, dans un sens, les hommes ont plus de mal à s’ouvrir au côté sexy ou à la sensualité ?

Oui tout à fait. J’ai adorée le shoot que j’ai réaliser avec Benjamin Bourdin l’année dernière, ça a été une révélation pour moi. Je pense que les hommes ont autant à offrir que les femmes en posant de façon sensuelle ou sexy. Il faudrait juste passer ce cap et mettre de côté les idées reçues.



J’ai comme l’impression qu’on se marre bien quand t‘on travail avec toi ! C’est important pour toi d’instaurer une relation de confiance avec tes sujets et une continuité post-shoot ?

J’adore mon travail, rencontrer des gens, découvrir des lieux. Et vu que mes projets sont souvent assez loufoques il est important qu’on se marre, sinon on n’y arriverait pas.

Si tu le veux bien, parce que j’en suis totalement fan, tu pourrais nous parler de ce fameux salon de coiffure ?

Avec une amie des Beaux-arts, Zoé Arnaud, on a participé au festival Téléperformances organisé par la villa Arson. Nous avons donc réalisé une performance en live Facebook, le principe : un salon de coiffure éphémère où le client ne choisit pas sa coupe de cheveux. Nous accueillons uniquement des crânes tondus et blonds/décolorés. J’ai réalisé le logo de la Paillade sur le crâne de mon sujet et Zoé a réalisé les motifs de la ligne 2 de tramway de Montpellier, les fleurs. On a comme projet de continuer les performances avec davantage de sujets qui accepteraient d’avoir une coiffure de mauvais goût. De grande chance que cela soit diffusé sur Twitch !!!



Et puis du coup de ta passion pour les tramways et ses sublimes lignes et courbes ?

J’avais commencée avec le « rond-point saucisse » (œuvre de Alain Jaquet en hommage à Confucius, 2000). L’intérêt est de faire réagir le corps avec l’infrastructure/commande publique. Un dialogue se crée. Je ne les choisis pas par hasard, j’aime leur réputation. Sur le site auto-moto.com, le rond-point, arrive en troisième position des 20 pires rond-point de France. Il est donc considéré comme une abomination. Le prendre en photo avec une modèle m’as permis de le sublimer, de lui accorder une note positive.

C’est après la performance avec Zoé que nous avons décidés de la shooter à côté. Il ne fallait pas laisser passer une occasion pareille. Contrairement aux rond-point saucisse, les tramways de Montpellier ont une très bonne réputation ! Ils sont classés premier sur le site 20minutes.fr !


Vive le rond point saucisse

(ndlr : CQFD)


C’est toujours mieux quand il y a une histoire derrière haha ! T’aimerais réaliser plus de performances de ce type en créant ces scénarios ?

En arrivant aux Beaux-Arts j’avais très peur de la performance. Mettre en scène mon corps me terrifie. Mais au final, la performance offre tellement que oui, j’aimerai continuer là-dedans. Il n’y a pas longtemps on a pensé à organiser une flash mob sur The Black Eyed Peas. Qui nous suis ?



Dans 3 ans, Oihana elle fait quoi ?

Ouf, trois ans c’est si proche. Sans doute elle s’éclate entre Paris et/ou Berlin. C’est ce qu’on espère !

T’aurais pas 3-4 artistes à nous faire découvrir ?

Le tout premier artiste qui m'a réellement marqué est Grayson Perry, je suis tombée nez à nez avec une grande exposition de lui lors de mon Erasmus à Londres. La première œuvre que j’ai vu était « you could lay it out for a national picnic », depuis son travail me passionne.

J’aimerai parler du photographe Wolfgang Tillmans et sa façon d’exposer son travail. J’ai eu la chance de voir son travail au carré d’art à Nimes. C’était fou, incroyable.

La photographe Petra Collins m’a énormément inspiré pour son univers et la qualité de son travail photographique.

Pour finir je citerai Sylvie Fleury, une grande artiste contemporaine.




3-4 sons ?

Nana Bonnard – Tête de mort



Hanky Panky- Warum




Jul- Africa Twin

Pas disponible sur Youtube :(

Autre chose (Films, Livres, Expo, Artistes, etc…) ?

Alors là….. en film déjà : Gummo de Harmony Korine et tout les films de Larry Clark.

En livre : « au-delà de la pénétration » de Martin page et je viens de finir un super bouquin qui parle des relations amoureuses et sexuelles avec l’avancée des sites de rencontres. « Future of love » des Magasins généraux. Incroyable.

Tu veux faire une dédicace à la Skyrock en 2009 ?

Dédicace à Untxi, mon fils, mon lapin partit trop tôt. Je t’aimerai toute ma vie. Dédicace à toutes mes copines qui me supporte au quotidien dans mes histoires sans fin, surtout à celles qui m'ont aider à corriger cette interview, merci les girls <3

471 vues
Join my mailing list
  • White SoundCloud Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon