Rechercher
  • annabreton

PABLO PRADA : The Message (Paris-Espagne)


Quel univers étrange et obscur que celui de Pablo Prada. Des visages pleins de sang, des toiles qui parlent de mort, de maladie, de haine, de violence, dans des teintes très sombres, très dures, aux coups de pinceaux aux reflets glacés… Il y a quelque chose de terrifiant dans les regards fous, hagards, perdus, qui rappellent Francis Bacon. En discutant avec Pablo, nous en sommes rapidement venus à parler de la phase noire de Francisco goya, qui l’a très jeune fasciné. C’est cet héritage, ces tons sombres et brutaux, ces sujets aux limites de l’horreur, qui sont au cœur du travail de Pablo Prada.


Découvrir son art c’est aussi toucher du doigt un homme aux tendances largement nihilistes et mais à la voix joyeuse et au rire facile, qui raconte la violence de ses œuvres comme une fiction : “C’est un bon méchant qui fait un bon film” me dit-il, amusé. Un bon méchant, qui parle des pulsions et des écueils de l’homme qui le poussent au mal, c’est cela qui fascine vraiment.


Au même titre que Kundera écrit qu’avoir le vertige ce n’est pas la peur de tomber mais plutôt la peur de l’envie de tomber, il semblerait que Pablo Prada joue de cette fascination universelle pour le mal, menaçant à chaque coup de pinceau de tomber dedans. C’est son humour noir qui le sauve : “se prendre trop au sérieux, c’est mourir un peu”. Mourir un peu pour parler de la mort sans rire. Et s’il faut mourir de ne pas rire de mourir, alors qu’en est-il de peindre pour rire de mourir et ainsi, rester vivant.


A tous ces vivants, qui portent un bout de mort en eux, le sourire aux lèvres.



Pablo Prada pour Radio Loubard



Hola Pablo, Estamos muy contentos de tenerte aquí con nosotros, ¿podrías presentarte un poco, contarnos cómo empezó todo para ti?


Salut Pablo, on est très heureux.ses que tu sois ici avec nous : tu pourrais te présenter un peu?


Me llamo Pablo Iglesias Prada tengo 47 años y soy un artista que vive y trabaja en Gijón (España). Llevo dibujando desde muy pequeño ya que siempre me interesó el mundo del arte... me pasaba horas enteras viendo dibujos animados y leyendo comics! Ya de adulto formalicé mis estudios en Ilustración y Diseño y más tarde complementé éstos estudios con los de fotografía, vídeo o Motion Graphics. Mis influencias en la pintura son de lo más variado aunque si tuviese que elegir a 3 pintores me quedaría co


Je m’appelle Pablo Iglesias Prada, j'ai 47 ans et je suis un artiste qui vit et travaille à Gijón (Espagne). Je dessine depuis tout petit … j’ai toujours été intéressé par le monde de l’art. Je passais des heures entières à regarder des dessins animés et à lire des bandes-dessinées. En devenant adulte j’ai fais des études d’illustration et de design puis de photographie, vidéo ou en graphiques animés. Mes influences dans la peinture sont très variées mais si je devais choisir 3 peintres ce serait sans aucun doute Goya, Bacon et Beksinski.


¿A quién está destinado tu arte?


Ça se sent! Est-ce que tu destine ton art à un certain public?


A todo el mundo en general y en especial a los apasionados del terror, el mal, la enfermedad o el humor negro.


A tout le monde en général je dirais, en particulier aux passionnés d’humour noir et de thèmes qui tournent autour du mal, de la terreur ou de la maladie.




¿Cuál es el mensaje que quieres transmitir, es un mensaje de aceptación de la oscuridad inherente a la condición humana?


Le message que tu veux transmettre, c’est un message d’acceptation de l’obscurité inhérente à la condition humaine ?


Claramente, me interesa muchísimo la guerra interna entre el bien y el mal que todos tenemos. Es muy duro aceptar que ciertos seres humanos son malvados "per se" y que estamos rodeados por ellos. Los verdaderos demonios viven entre nosotros, no hay que buscar muy lejos.


Oui complètement! Je suis très intéressé par la guerre interne entre le bien et le mal que nous avons tous. Il est très difficile d’accepter que certains êtres humains sont mauvais "en soi" et que nous sommes entourés par eux. Je pense que les vrais démons vivent parmi nous (rires).


Crees que tus temas existenciales son universales?


Tu crois que ces problèmes existentiels que tu traites dans ta peinture sont universels ?


Sin duda. Si observamos la historia del arte podemos ver cómo los temas se repiten una y otra vez... La representación del mal es extremadamente gratificante.


Sans aucun doute. Si nous regardons l’histoire de l’art, on voit comment ces thèmes se répètent encore et encore... Il me semble que la représentation du mal est très gratifiante.



¿Dirías que tu arte es instintivo, bruto?


Tu dirais que ton art est instinctif, assez brut ?


A veces sí pero depende mucho del momento y de lo que quiera mostrar. No suelo realizar muchos bocetos previos, dejo que la pintura se muestra sin más.


Parfois oui, mais cela dépend beaucoup du moment et de ce que souhaite montrer. Je ne fais pas beaucoup de croquis avant de peindre : je pose la peinture sur la toile assez vite.


Tus personajes no presentan ningún rastro físico distintivo, les da una especie de universalidad y destacan aún más los colores y la emoción : ¿lo haces aposta?


Tes personnages ne présentent aucune trace physique distinctive : ça a l’air de créer une sorte d’universalité qui met davantage en avant les couleurs et l’émotion : le faites-vous exprès ?


Intento que mis personajes sean lo más esquemáticos y simples que puedan, así el mensaje es mucho más directo.


J’essaie de rendre mes personnages aussi schématiques et simples que possible, pour que le message soit beaucoup plus direct!




¿Cuál crees que es más impactante: el dibujo o la leyenda?


Tu me disais que le texte était pour toi une façon d'ajouter une certaine puissance à tes peintures?


Creo que ambos lo son a su manera, tampoco tengo muy claro cual es más impactante o transgresor. Intento que se complementen y que juntos formen un todo


Oui, parce que le texte est plus explicite et donne un sens très direct. J'avoue que je ne sais pas non plus ce qui est le plus choquant ou transgresseur. Je veux qu’ils se complètent et forment un tout.


¿Es tu estilo un rechazo del realismo?


Tu me disais que ce qui te plaisait le plus c’était de jouer avec l’abstrait et le figuratif, est-ce que c’est un refus du réalisme ?


Tampoco lo llamaría rechazo. Es cierto que como movimiento artístico no me interesa mucho el (hiper)realismo, prefiero un arte más fresco, más suelto. Admiro la paciencia y la "pericia" que tienen ciertos artistas realistas pero en mi caso en particular intento disfrutar pintando y haciendo lo que hago soy muy feliz.


Je n’appellerais pas ça du rejet. En temps que mouvement artistique je ne suis pas très intéressé par l'hyperréalisme ou le réalisme : je préfère un art plus frais, plus souple. J’admire la patience et le savoir-faire de certains artistes réalistes, mais en l'occurrence, j’essaie d’apprécier peindre et faire ce que je fais, et je trouve la démarche artistique dans laquelle je suis plus riche : il s’agit d’un défi. Suggérer avec peu de traits, c’est assez technique.



¿Es el arte para ti una forma de trabajo íntimo y personal, meditativo?


L’art est-il pour toi un travail intime et personnel?


Pintar es mi mindfulness.


Oui! Pour moi peindre me permet de prendre du temps en plein conscience : c’est véritablement une forme de méditation.


¿Crees que tu arte es una forma de domesticar a una violencia interior ? (viendo la violencia de tus cuadros pero tu identificación con un ser muy pacifico)?


Tu m’as dis tout à l’heure que tu étais quelqu'un de très pacifique : est-ce que tu crois que ton art est un moyen d’apprivoiser une violence intérieure ?


Es una manera de darle visibilidad. Es poner un espejo enfrente y ver que dentro de cada uno de nosotros hay zonas muy muy oscuras


Oui surement… C’est une façon de donner de la visibilité. C’est de mettre un miroir en face et de voir qu’en chacun de nous il y a des zones très sombres.





¿Cómo te enfrentas a la hoja blanca?


Comment affrontes-tu la fameuse et inquiétante toile blanche ?


Con mucha pintura negra, jajaja. Lo primero que suelo hacer es manchar la hoja en blanco de color, doy varias capas utilizando transparencias o veladuras y a partir de ahí comienzo con la composición, la figura…


Avec beaucoup de peinture noire! (rires) La première chose que je fais habituellement est de tacher le support de couleur, je fais plusieurs couches en utilisant des transparents, des glaçures et c’est à partir de là je commence à peindre la composition et la figure…


¿Cómo hizo cambiar tu relación con el mundo y con tu arte ser padre?


Comment cela a-t-il changé ta relation avec le monde et ton art de devenir papa?


Cambió radicalmente, ser padre me ha hecho ser mucho más respetuoso con la gente que no comparto ideas. Da la sensación de que según vas cumpliendo años tu deber con la sociedad es posicionarte con la gente "adulta" y tratar a los niños y jóvenes como seres que no merecen tener voz ni voto. Es una actitud que aborrezco. Madurar no es matar al niño que todos tenemos dentro... a ese niño hay que cuidarlo y alimentarlo.


Ça m’a radicalement changé! Etre père m’a rendu beaucoup plus respectueux envers les gens qui ne partagent pas mes idées. Il semble qu’il y a une sorte d’injonction sociale implicite à devenir adulte et rejoindre ce groupe là, en traitant les enfants et les jeunes comme des êtres qui ne méritent pas d’avoir voix au chapitre. C’est une attitude que je déteste. Je suis persuadé que grandir ce n’est pas tuer l’enfant que nous avons tous en nous... au contraire! On doit le chérir et en prendre soin!




¿Cuál es tu relación con la política y el arte político?


Est-ce que tu fais aussi un art politique ?


El arte, de una manera u otra, siempre es político si lo vemos como un reflejo del tiempo que vivimos. Para conocer el tipo de sociedad que había en un momento de la historia, únicamente necesitamos ver el arte que se hacía en ese preciso instante. La política hoy en día es realmente decepcionante, los políticos no están a la altura... son basura.


L’art, d’une manière ou d’une autre, est toujours politique si on le voit comme un reflet du temps que nous vivons, de la société dans laquelle nous vivons. Pour connaître les types de société qui ont existé, il suffit de voir l’art qui se faisait à ces moments précis. Si on parle du champ politique d’aujourd’hui, alors il est vraiment décevant : les politiciens ne sont pas à la hauteur... c’est des ordures (rires).


Cómo hacer de instagram un instrumento sin que te instrumente, modificando tu relación con el reconocimiento social?


On a pas mal discuté des réseaux sociaux ensemble : comment fais-tu pour qu'instagram soit un instrument sans devenir toi-même l’instrument d’instagram?


Las redes sociales son un canto de sirena constante. En todo momento da la sensación de que cualquiera puede hacerse famoso, rico e importante en una red social. Está claro que es mentira pero es una creencia muy extendida entre los usuarios porque las propias redes sociales fomentan ésta creencia. A más usuarios más dinero.


Les réseaux sociaux c’est un brouhaha constant. À tout instant, on a l’impression que tout le monde peut devenir célèbre, riche et important sur la plateforme. Évidemment c’est un mensonge, mais c’est une croyance très répandue parmi les utilisateurices, parce que les réseaux sociaux eux-mêmes favorisent cette croyance. Plus d’utilisateurs ça fait plus d’argent. Il faut se servir d’Instagram pour voir sa propre évolution et pour se faire connaître et vivre un peu mieux de son art!


En qué medida compartes tu intimidad en las redes sociales?


Dans quelle mesure tu partages ta vie privée sur les réseaux sociaux ?


Casi nunca comparto aspectos de mi vida privada en las redes sociales... creo que no tengo gran cosa que mostrar.


Je partage rarement des aspects de ma vie privée sur les réseaux sociaux… Il me semble toujours que je n’ai pas grand chose à montrer (rires).



¿Crees que el arte existe, si nadie lo reconoce?


Tu crois que l’art existe, si personne ne le reconnaît ?


Ésa es una muy buena pregunta y no tengo muy claro la respuesta... Cuántos artistas hoy en día seguirían creando si sus obras no las viese nadie? Personalmente yo pinto lo que me apetece, no sigo ninguna moda, ni tendencia... pero sería realmente duro pintar todos los días y únicamente ver yo el resultado. Para mí sería algo así como terminar un cuadro y quemarlo de inmediato. Creo que en cada creador hay una parte importante de egocentrismo, de que otras personas vean su arte y reconozcan su esfuerzo.


C’est une très bonne question et je n’ai pas la réponse très claire... Combien d’artistes aujourd’hui continueraient à créer si leurs œuvres étaient vues par personne? Personnellement, je peins ce que je veux, je ne suis pas vraiment “tendance”... mais ce serait vraiment dur de peindre tous les jours sans résultat ni retours à part les miens. Au fond, je crois que ce serait comme finir un tableau et le brûler tout de suite. Je suis convaincu que chaque artiste est assez égocentrique, et la question de la reconnaissance sociale est forcément chargée et importante.


¿Qué te da esperanza?


Et qu’est-ce qui te donne de l’espoir ?


Mi hija


Ma fille!


¿Cómo consideras a la juventud de hoy? (animar, contestar por insta…)


De quel œil regardes-tu la jeunesse ?


A la gente joven hay que escucharla, hay que ayudarles a crecer y esperar que se conviertan en una versión mejorada de lo que hay hoy... en caso contrario lo mejor que nos podría pasar como especie es que un meteorito acabe con todos nosotros.


Je pense qu’il faut écouter les jeunes, les aider à grandir et espérer qu’ils deviennent une version améliorée de ce qu’il y a aujourd’hui... Sinon la meilleure chose qui puisse nous arriver honnêtement, c’est qu’une météorite anéantisse tous les humains.





¿Que espacio reservas al humor en el arte, porque es importante esto según tu?


Tu es plein d’espoir dis-moi! (rires) et d’ailleurs, quel espace est-ce que tu réserves à l’humour dans ton art ?


El arte sin humor se vuelve aburrido y poco interesante a mis ojos. El humor es importantísimo en mi vida por eso lo traslado a todo lo que hago. Tomarse demasiado en serio es morir un poco.


L’art sans humour devient ennuyeux et peu intéressant à mes yeux. L’humour est très important dans ma vie: je le transfère dans tout ce que je fais. Se prendre trop au sérieux, c’est mourir un peu.


¿Tienes tres o cuatro artistas que podamos descubrir?


Tu aurais trois ou quatre artistes à découvrir ?


Michael Hussar

Kent Williams


Todd Schorr

Larry Carroll


¿Tres o cuatro sonidos?


Trois ou quatre sons?


A Silver Mt. Zion

Grave Miasma

Warp Chamber

Portal


¿Algo más para compartir?


Tu aurais quelque chose d’autre à nous partager?


Les films de Todd Solondz, les BD de Daniel Clowes et la série Mobile Suit Gundam : Iron-Blooded Orphans



75 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout