Rechercher
  • cesarloubard

Radio Loubard Radar! 7 Musical Discoveries

Monitors




Un an après "Notes from the aftermath", MONITORS revient avec un nouvel EP sorti le 2 avril ! Formé à Paris par Emil Balic, Chris Remick et Féodor Trotta, le groupe se situe à mi-chemin entre les codes du punk, une new-wave colorée et la culture techno underground.



Avec le label Analogue Trash basé à Manchester, ils signent la sortie de « The War Office » dans lequel on retrouve les thèmes chers à MONITORS que sont l’isolation, l’addiction et la corruption, traités cette fois-ci avec une approche plus frontale dans l’écriture et une musique qui s’aventure sur des terrains plus pop au service de la mélodie. Monitors prépare actuellement un premier album et sera en tournée dès la rentrée, avec une première date à Londres !



THE DRILL ouvre le nouvel EP de MONITORS et résonne comme un électrochoc. Le titre évoque l'instabilité de l'esprit et son pouvoir parfois destructeur. La réalisatrice du clip Anna Khelifa s'est inspirée de August Natterer, peintre schizophrène allemand qui a vécu au début du XXe siècle. Craignant l'imminence de l'apocalypse, Natterer subissait des visions délirantes où défilaient devant ses yeux des milliers d'images dans un laps de temps très court.


Monitors sur Instagram

SORTIE LE 22 AVRIL

Arcimboldo




C'est le grand retour d'Arcimboldo pour l'arrivée du printemps et la saison des amours ! Le duo en profite pour nous délivrer son tout nouveau clip, sous le signe de l'opposition entre coeur et raison, ces "erreurs du coeur" comme ils aiment les appeler.

Avec un clip signé Florent Quintus, assisté par Thomas Vittecoq, c'est toute une expérience digitale qui nous est offerte, entre glitch et images 3D, où s'entremêlent nature et digital dans une forêt tropico-numérique pleine de curiosités.



Dualité également pour ce groupe, composé de Louis qui se joue de ses drums machines et synthés tandis qu'Emmanuel, le chanteur, manie avec dextérité ses instruments, guitare, violon, flûte... Un mélange entre modernité et classicisme qui touche un public inter-générationnel afin de délivrer ses "chansons électroniques".

Une parfaite entrée en matière pour cette nouvelle saison, pleine de fraîcheur et entraînante à souhait !


Nitch




Avec le single Gens-Gens, NItch opère un tournant vers une musique plus acoustique, dévoilant une pop mélodieuse dont se dégagent des influences urbaines. Un titre qui montre toute l’habileté de l’artiste à jouer et se réapproprier de multiples styles musicaux tout en proposant des textes forts à l’écriture soignée.



À travers le personnage de Gens-gens, Nitch nous raconte l’histoire d’un homme qui fait le bilan de sa vie à l’aube de ses 30 ans. Le choix du nom de son personnage n’est pas anodin, l’artiste tisse ici le portrait. d’un.e « monsieur/madame tout le monde »qui traverse une période de remise en question sur son existence.


Réalisé par Alexis Jaulmes, issu de l'école Kourtrajme, ce clip est une succession de tableaux illustrant le quotidien d'une personne incapable de se donner les moyens de ses ambitions, s'abandonnant à la procrastination.


Mont Joseph


Il est temps de tourner la page. Un an après la sortie de son EP Paradis, Mont Joseph enterre la hache de guerre et met de côté ses regrets. Ambiance musicale plus que chanson, Ritornaro dépeint Rome la nuit, proche de la station Termini, où l'on zone dans des saunas en attendant le train qui clôturera le chapitre Italien d'une vie. Histoire de se perdre une dernière fois dans les corps chauds transalpins.



"Il y a d'autres sujets plus pressants que les tristesses du cœur. Il ne s'agit pas de les renier, mais, comme tout le monde, j'ai été beaucoup affecté par 2020 et la vision du monde qui m'a été donnée de voir. Mes prochaines chansons sont des odes à la défaite humaine, aux ratés du temps, à tout ce qu'on ne pourra plus changer et à tout ce qui nous attend. Je chanterai les convictions de futurs viables, l'envie d'en finir aussi, et les déceptions à la chaîne, mais je garderai précieusement près de moi et dans ma voix l'espoir que la musique fait naître." MONT JOSEPH


Ariane Drapeau



L’autrice-compositrice-interprète Ariane Drapeau sort son premier EP de trois chansons paru le 26 février 2021 . Le fil d’Ariane est inspiré de faits vécus par rapport au combat de la femme et à son émancipation au cœur d’une société fondamentalement patriarcale.


La musique d’Ariane Drapeau est influencée par Lydia Képinski, Klô Pelgag et Björk. Elle crée un univers électro-pop sombre, qui permet d’apprécier l’œuvre autant par ses mélodies que par sa poésie et ses éléments d’arts visuels.



Le mini-album touche à plusieurs thèmes féministes, notamment en abordant la violence, les agressions et l’hyper sexualisation des femmes. Le vidéoclip qui accompagne la sortie est une réalisation d'Émya St-Germain et d'Alexia Lecco.



La Philantrope


Originaire de la ville de Brassens, Léo est Lyonnaise d’adoption.

A six ans elle commence le violon au conservatoire, puis passe à la basse. Ces premières chansons ont vu le jour en 2010, accompagnées de sa guitare, ellechante dans les bars, les salles de spectacle... En 2014, elle fais la première partie d’Anne Sila au cabaret l’Escale à Migennes avec ses compositions. En 2017, elle découvre la MAO et commence à créer, ordinateur, guitare, basse, percussions et piano à son arché. Léo se produit en acoustique avec un répertoire Brassens.


Depuis, elle travaille seule sur un projet musical actuel entre électro/pop aux

influences de la chanson française et bien d’autres genres. Aujourd’hui, c’est avec audace que je vous confie une partie de son univers. Sa musique se veut prenante, et traite de sujets divers qui nous accompagnent dans nos vies.

Elle a pour volonté de faire danser, s’évader les spectateurs mais aussi d’ouvrir l'univers Queer à tout.te.s



La Philantrope, Incarne une jeunesse vivante, dynamique, créatrice voire excessive.

Ces chansons parlent de fête, d’amour,d’égalité, de sexe, de diversité, et bien d’autres sujets. Un univers Queer accessible, ouvrant l’esprit à la différence tout en faisant danser.

L’essentiel est de permettre au public d’oublier, de s’évader.

Leitmotiv de ce projet: désir, beauté, compréhension, chaleur et partage.


Yaaster



Quand on parle de Yaåster, on se rappelle pourquoi musique et style vont si bien ensemble. Du sommet de sa tête glissent de longs cheveux bruns comme si les 70s étaient bel et bien de retour. Ses lunettes rondes groovent sur le bout de son nez ; quand vestes et chemises, qu’il aime bien taillées, sont aussi pop que de belles mélodies révélant toute sa sensibilité.




Quand on passe sous la ceinture, on se rend vite compte que riffs et rock surfent sur les coutures. Son patte d’eph’ s’envole et ses Santiags s’écrasent dans un rythme d’extase. Ses icônes nous en apprennent plus sur lui. Du léopard de Prince à la nonchalance de Kevin Parker (Tame Impala), il mélange le groove au psyché dans un flacon argenté. Il en ressort un élixir, emprunt de rêves et de souvenirs.


Yaaster est revenu en force avec le single "Tommy".

Tommy est le dernier épisode du tryptique de single récemment sortis. Plus sombre que les précédents mais pas moins groovy, ce titre aborde sans détours la quête du soi lorsque peurs et doutes nous barrent le chemin de notre propre bonheur.














46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout