Rechercher
  • annabreton

#Rohanmirza : The Message (Paris)


Le réel se dématerialise, se virtualise. Et si on travaillait à matérialiser le visuel dans le réel?


Combien de corps hybrides, de créatures mi-humaines, mi-fantastiques l'imagination a-t-elle créée? Surement dans cette quête de progrès, ce rapport étrange à la puissance qu'entretient d'humain : être toujours plus fort, plus rapide, plus vif. C'est l'utopie du corps plus parfait, un bienvenu à Gattaca sans invalidité. Ce sont beaucoup de questions qui intriguent Rohan.


"Avoir des abonnés sur Instagram pour moi, ça a toujours été un truc de parisiens" : et le voilà avec 16 000 personnes qui suivent ses projets, ses griffes aux doigts de Bella Hadid et des propositions qui pleuvent de partout.


L'humilité de Rohan est saisissante : il fait ce qu'il aime, dans son coin, entouré mais sans y jouer une personnalité sociale, mû par le plaisir de créer.


Autodidacte à la vision moderniste, identité visuelle de Rohan est aisément reconnaissable : des griffes perlées, des oreilles d'Elfes très détaillées, à l'univers tentaculaire et aux habits futuristes qui semblent sortir des abysses ou des fonds marins. Son esthétique cyber punk rejoint une nouvelle vague esthétique et une nouvelle façon de penser la mode.


Jeune, autodidacte, novateur et indépendant et talentueux : que demander de plus pour Radio Loubard?


Rohan Mirza pour Radio Loubard






Salut Rohan, on est trop heureux.se de t’avoir ici! Est-ce que tu peux te présenter?


Coucou !! Merci pour l’invitation! Je m’appelle Rohan Mirza, j’ai 20 ans, j’habite en banlieue parisienne et je suis étudiant à Duperré en 3e année. Je travail essentiellement la 3D et le vêtements


Cet univers assez cyberpunk, très moderniste et sciences-fictif d’où te viens-t-il?


Je pense que cet univers est encré dans mon identité depuis toujours, j’ai beaucoup joué aux jeux-vidéos, passé beaucoup de temps devant des ordinateurs, sur internet ect… Le futur et la science fiction sont des thèmes que je trouve très intéressant à mettre en image et a réfléchir.


Les mondes virtuels sont très libres et ouverts, on peut y faire ce que l’on veut sans limite physique et c’est cette liberté que je trouve folle à interpréter.



Quand est-ce que tu t’es intéressé particulièrement à la méthode 3D et pourquoi?

Mon intérêt pour le design a d’abord été introduit dans le vêtement, je trouve que c’est un domaine dans lequel on peut faire de tout la ou toutes les formes d’art peuvent être amené. Mais le schéma pour construire un vêtement est assez laborieux et très long ce qui est l’opposé total de ce que je connais dans le numérique. J’ai su des le débuts qu’il fallait que je trouve une manière de créer différentes, des manières traditionnelles que j’apprenais.


C’est pendant le premier confinement que j’ai découvert la 3D, et que j’ai commencé à l’apprendre. C’était un moment ou il fallait que je trouve une occupation, et la 3D m’a occupé pendant les trois mois de confinement qu’il y’a eu. Je passais mes journées à regarder des tuto et à les reproduire sur Blender et c’est comme ça que je me suis introduit à cet univers. Ce que je trouve super dans la 3D c’est les ressources illimitées et le nombre infini de technique que l’on peut avoir. Au fil du temps j’ai su me perfectionner et comprendre comment ces logiciels fonctionnaient. J’essaie maintenant de travailler principalement par la 3D même pour les patrons de mes vêtements. De base je suis quelqu’un qui dessine très très mal, mais le fait de pouvoir revenir en arrière, refaire, tout ça très rapidement m’ont fait apprécier ce format de creation.




Tu m’as dit que tu n’étais pas très perfectionniste, mais que ça t’aide aussi : tu penses que c’est positif de ne pas forcément rechercher la perfection lorsqu’on crée?


Je ne me trouve pas personnellement très perfectionniste, je modifie beaucoup mes idées pendant le processus créatif mais lorsque je trouve que le projet est fini j’ai beaucoup de mal à revenir en arrière. Je pense qu’on aura toujours des choses à redire dans tout ce que l’on créer, mais le but et de trouver un entre-deux pour ne pas rester bloquer sur un projet trop longtemps. Autour de moi j’ai des personnes, comme Loïse par exemple, qui me conseille, m’oriente quand ça ne va pas, son avis essentiel à ma création et sans elle mes projets seraient totalement différents




Quelles sont tes inspirations?


Je suis très inspiré partout les films de science-fiction, les jeux vidéos, les mangas, toutes les oeuvres avec lesquels j’ai grandi, et qui ont fait ma culture artistique. La science est aussi un fondement de ma création, et je m’en inspire beaucoup que ce soit dans des détails ou dans des concepts entiers.


Qu’est-ce que tu penses que la pensée écologique dans la mode aujourd’hui?


Je pense que le concept d’écologie est très compliqué dans la création, j’essaye à ma manière d’utiliser des matières recyclées, de ne pas gaspiller, de ne pas jeter, mais ça reste minime à mon à mon échelle, je préfère attendre d’avoir une structure stable, pour commencer à réfléchir à ses questions qui sont très importantes pour moi.




J’ai vu que tu commençais de plus en plus à diversifier tes matériaux : tu pourrais m’expliquer pourquoi?

Il existe beaucoup de matériaux dans les impression 3D mais j’utilise principalement de la résine ou du PLA, le problème de ces matières ce qu’elles sont très fragiles et inexploitables d’une manière plus réelle, sortir de ce format serait un pas vers la professionnalisation et la production.


Tu es très autodidacte au fond !


Ce n’était pas un but de l’être, mais pendant le confinement la seule plate-forme gratuite et accessible était YouTube, je me suis rendu compte que tout était disponible et qu’on pouvait Master un logiciel très rapidement uniquement à l’aide de vidéos. On peut apprendre à son rythme et seulement les choses dont on a besoin, ce qui est parfait. À côté contrairement à ce que l’on peut croire l’impression 3D est très accessible elle ne coûte pas très cher, ne demande pas beaucoup de connaissance, ni de lieu spécifique. C’est une technique de création tellement rapide que l’on peut penser à une idée et l’avoir fini, imprimé en moins de 24 heures




Ton travail est très moderniste, des corps un peu évolués et humanoïdes : toi tu l’envisage comment le futur?


Tout d’abord dans ma création, je ne genre parce que je fais j’essaie d’imaginer des corps parfaits, sans questionnement de genre. Je ne crée d’ailleurs pas sur des humains mais sur des créatures Aliens issues d’autres planètes.


On imagine souvent le futur comme dystopique, dans un univers apocalyptique avec l’idée de la mort prédominante mais j’essaie d’y voir une sorte de positivité, j’essaie de voir le futur comme un espoir, plus évolué plus libre où tout le monde serait heureux.se de ce qu’iel fait, je sais que cet univers est très utopique mais c’est justement ce qui m’intéresse et que je trouve cool, surtout dans les périodes dans lesquelles on est. Ce qui m’importe le plus dans mon futur utopique c’est la puissance du corps humain et son amélioration pour être le plus performants.





Donc tu amènes une sorte d’alternative futuriste à d’autres corps humains évolués par le monde virtuel?

Oui, exactement c’est pour cela que je fais autant de prothèses, comme les griffes les accessoires d’oreilles même les vêtements qui prolonge toujours le corps. On entend beaucoup parler du Metaverse, et des réalités virtuels (qui m’intéressent beaucoup) mais pour l’instant ce que j’aimerais c’est amener le virtuel au réel et pas l’inverse.



Comment vis-tu ton processus de création? Seul ou en groupe?


Au fil des années à Duperré, je vois de plus en plus la création comme un amusement et j’essaie d’y retrouver du fun à chaque projet c’est d’ailleurs un moteur essentiel à mon travail. J’adore travailler avec des gens, dès qu’on me propose une collaboration, je dis oui (même si ça commence à devenir de plus en plus compliqué) j’adore le travail de groupe le fait de pouvoir partager des idées et d’évoluer ensemble me plaît. D’un autre côté j’ai aussi besoin d’être seul pour créer pour avoir la main sur tout de A à Z. Comme j’ai dit avant je travaille essentiellement avec deux personnes, Loïse Hulin et Eliott Page, avec qui on évolue ensemble et qui sont essentiels à tout ce que je fais.




Tu dis que tu as trouvé la technique 3D pendant le premier confinement : ton compte a eu un succès très rapide et très intense, comment tu as vécu tout ça ?


Oui ça fait un peu plus d’un an que je fais de la 3D et tout est aller super vite, le but essentiellement n’était pas d’avoir du succès, je me rappelle même que j’ai posté les premières griffes quelques mois après les avoir faites (sous les conseils d’une amie, Sarah!) c’est en comprenant que ça intéressait les gens que je les ai développé. C’est super gratifiant d’avoir une exposition surtout en tant qu’étudiant, mais ce qui me fait encore plus plaisir c’est que mon travail intéresse des gens que j’admire. Je suis quelqu’un d’assez timide, j’adore ma petite bulle d’amis donc en soit, rien n’a vraiment changé par rapport à avant ahha, même si j’ai pu faire des rencontres superbe grâce à toutes les opportunités que j’ai pu avoir.




C’est en étant décalé de tout ce monde artistique aujourd'hui que tu gardes les pieds sur terre ? (rires)


Je pense que ma culture générale est très différente du milieu dans lequel je suis, ce qui fait que j’ai rarement les références et que je ne connais pas grand chose à ce milieu, donc souvent je ne comprends pas ce que représente un certain artiste que tout le monde connait, qui me demande de travailler avec… mais c’est tant mieux, sinon je n’aurais pas la même image de ce que je fais. J’essaye de dissocier Instagram de ma vie tous les jours pour ne pas m’enfermer dans une bulle




Comment est-ce que les gens reçoivent ton art? A qui souhaites- tu parler avant tout?


Souvent les gens apprécient, mais j’adore la partie des personnes qui ne comprennent pas (rires), ce que j'entends car c’est assez difficile de comprendre ou d’apprécier si on ne baigne pas dans cet univers.


Je souhaite parler à des gens qui me ressemble, à la nouvelle génération, et a un public plus large que que le cercle fermé de la mode Parisienne ;)


Et c’est quoi tes futurs projets?


En ce moment avec Eliott et Loïse, on travail sur un label de création, un espace ou on vas pouvoir être libre de faire de nombreux projets. On travaille sur un défilé qui aura lieu cette année et qu’on a hâte de présenter !


À côté je travail sur ma collection de diplôme, où j’ai l’impression de pouvoir enfin utiliser toutes les techniques que j’ai pu apprendre durant ces trois ans et de pouvoir présenter une collection plus fini et plus moi


Est-ce que tu as 3-4 sons à nous faire découvrir?


- Spray - Irko

- Le monde par ma fenêtre - Zamdane

- White Tee - Lil Peep & Lil Tracy

- J’attends la pluie - Evil Grimace


Merci beaucoup Rohan!


Merci à toi !






88 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout