Rechercher
  • cesarloubard

#ThroughTheEyesOfAurele - Ideas Worth Sharing

Mis à jour : mai 11


Aurele est un mec que j'ai croisé lors de ces précieuses rencontres éphémères, celle du voyage, fruit de l'errance parfois mais toujours symbole de découverte, à Lisbonne il y a 2 ans. On découvre toujours quelque chose de nouveau dans les auberges de jeunesse, sur nous ou sur les autres, comme un flux ininterrompu de prise de conscience et d'abondants échanges. J'y ai par exemple appris, que nous autres français, étaient appelés "frousse" par nos amis belges (Aurele est citoyen du monde certes, mais belge avant tout ndlr), mais vous vous doutez bien que la discussion ne s'est pas arrêtée à une brève énumération des surnoms donnés respectivement aux citoyens de nos deux pays, surtout symboles de leur camaraderie secrète !

Lui avait deja pas mal voyagé et avait surtout comme projet futur de découvrir de nouvelles contrées et puis avec un pseudo instagram comme le sien (@aureltravel), difficile pour lui de ne pas honorer son cyber-homonyme ! C'est pour cela que nous nous sommes toujours "suivis" et j'adore personnellement son travail de photographe et surtout le message qu'il nous offre aujourd'hui.


Afin de contrer l'idée de nos chers confrères de chez TED et leur slogan "Ideas Worth Spreading", Aurele nous fait l'immense plaisir d'inaugurer une nouvelle série d'article sur Radio Loubard avec pour porte étendard les mots " Ideas Worth Sharing".

Il nous partage donc son travail ainsi qu'un texte sublime, très inspirant et impactant, d'un point de vue intelligent et sensible.



L’image est au cœur de notre perception du monde.




San Andrès, Guatemala Septembre 2019


Dès l’âge de 18 ans, j’ai décidé de sillonner le monde afin de mieux le comprendre.

La raison ? Sûrement une enfance marquée par les aventures du reporter Tintin. A travers la photographie, je souhaite principalement faire transparaître l’âme des différents paysages que j’ai eu la chance de contempler. La vie en sac au dos m’offre l’opportunité de me déconnecter de mes habitudes et d’observer celles d’autres populations, source de compréhension des civilisations humaines.

Comme tout un chacun, je ne suis pas indifférent aux nombreux enjeux socio-environnementaux actuels. En faisant du Tourisme l’objet de mes études, j’essaie de tirer des conclusions de l’ensemble de mes observations effectuées lors de mes expériences à l’étranger. Il est important de garder à l’esprit que l’appât du gain est omniprésent dans le contexte économique actuel et que toute ressource est vue comme exploitable à des fins lucratives. Dès lors, des questions surviennent telles que « Comment réagirais-je le jour où le bois dans lequel j’aime me promener devenait le lieu une activité touristique très prisée ? » « Quelles seraient les conséquences directes et indirectes du développement d’un tel projet touristique sur mon propre environnement et ma propre communauté » ?



Vue sur la Medina de Fès, Maroc Mars 2016

C’est notamment pour cette raison que mon regard porte également sur la vie des locaux. En effet, voyager c’est se confronter à l’altérité en découvrant de nouvelles cultures et surtout de nouvelles personnes aux histoires différentes, qu’ils s’agissent de locaux ou d’autres voyageurs. Cet ensemble d’êtres humains donne du sens au voyage et permettent d’en ressortir épanoui et enrichi. Par quelques échanges avec les locaux, j’essaie de découvrir leur ressenti sur l’avant-après de la mise en tourisme de leur environnement et dans quelle mesure où ces nouvelles conditions de vie impactent leur (ancienne) vie.

Dès lors, malgré ma timidité naturelle, j’aime saisir des scènes intégrant les acteurs dans leurs activités de tous les jours. Les ornières façonnées par notre mode de vie nous ont fait perdre le sens premier de l’humain. Inscrits dans une routine effrénée dépourvue de temps à accorder à la pleine conscience, nous perdons notre sensibilité face à la beauté de ces paysages, à la richesse naturelle de l’humanité. Le voyage permet d’éclairer les inégalités de ce monde et de rappeler nos privilèges d’Européens trop souvent oubliés et considérés comme acquis.



Pêcheurs sur le Lac Atitlan Guatemala Septembre 2019


En résumé, influencé tant par les écrits de Jack Kerouac que par les clichés de Steve Mc Curry, la photographie me permet de porter un autre regard sur les vingt mille lieux de notre planète. Mes photographies renvoient aux réalités humaines des différentes régions du globe et aux multiples écosystèmes de ces communautés. L’équilibre de cette relation est d’une part fascinant pour sa complexité, d’autre part effrayant pour sa fragilité.


Enfin, mes clichés ont pour vocation d’inciter aux échanges sur les expériences de voyage et, éventuellement de motiver quelques curieux à forger leur propre avis en explorant ces magnifiques destinations toujours dans le respect des écosystèmes et des populations locales.

Car au fond, comme le dit si bien Sebastião Salgado : « Les hommes sont partout les mêmes. Ce qui est essentiel pour l’un est essentiel pour l’autre ».


Dans l'ordre ; Paysage lunaire de Puerto Escondido, Mexico Octobre 2019

Lagune du Quilotoa Equateur, 2016

Vue sur le Lac Atitlan depuis le Nez Indien au Guatemala, 2019


Si tu aimes le travail d'Aurele : @aureltravel

SI tu veux lui envoyer une déclaration d'amour ou de haine (nous appeler "frousse" quand même c'est pas cool) tu peux lui envoyer un mail : adethibault68@gmail.com


Première série de Ideas Worth Sharing, n'hésitez pas à me contacter si vous avez quelque chose à nous faire partager ( INSTA : @radioloubard) c'est en échangeant que les idées se diffusent !


Radio Loubard est un média libre, indépendant et sans frontières, tourné vers une jeunesse engagée, novatrice, entreprenante et surtout créative.


108 vues
Join my mailing list
  • White SoundCloud Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon