Rechercher
  • cesarloubard

#Veugue : The Message (Paris)

Le détournement. Qu'ils soit de fonds, d'avions, de mineurs ou de pouvoir c'est un mot qui, dans le vocabulaire, est trop souvent précédé de mots majoritairement négatifs. Je voudrais aujourd'hui rendre justice à ce mot mal accompagné en lui redonnant un autre sens, en le détournant, d'une certaine façon. Ne vaut-il finalement pas mieux être seul que mal accompagné ?


Se détourner incarne pour moi la déviance ou la prise de la tangente, si précieux à l'innovation créative et à l'imagination collective. Les déviants sont le plus souvent des artistes, qui laisse volontiers aux ingénieurs du génie civil la verticalité des lignes et des formes. Prenons par exemple Picasso, Juan Gris ou Braque ayant avec brio, décidés de faire de leur art du cubisme, prenant avec courage la décision de faire enfin bouger les lignes. Faire bouger les lignes, c'est aussi se détourner de la voie tracée, c'est prendre le chemin inverse en s'inspirant de la route actuelle pour façonner la sienne. L'âme de l'artiste se doit d'être déviante, elle se détourne avec élégance et confiance des lignes, des choix ou des moeurs.

Veugue s'inscrit dans cette dimension, il détourne et caricature en 10 minutes ce que 50 personnes chez LVMH payés plus cher que le nombre de caractères dans cet article se sont échinés à façonner en 2 ans. Il propose une autre interprétation, un autre "possible"avec humour et bienveillance. Toujours créatifs, jamais à court d'idées et trop souvent déviant (ceux qui les connaissent savent de quoi je parle) le travail de Veugue s'admet comme à l'antipode des requis modernes, pour le plus grand bien de la mode et de ton feed Instagram !

Inspirons nous de Veugue et rendons enfin justice et beauté au détournement et célébrons-le comme une liberté rendue à la liberté promise et comme une caricature tordue d'une déviance omise! Ils ont acceptés de répondre aux questions de Radio Loubard et nous avons hâte de les découvrir.. #ALLYOUNEEDISVEUGUE


Veugue pour Radio Loubard


Hello les Veugue(s), très heureux de vous recevoir sur Radio Loubard ! Comment s’est passé votre confinement ?


Nous n’avons aucune honte à dire qu’on a bien procrastiné pendant le confinement, oui on s’en est servis pour bosser sur le mag, mais on a pas voulu tomber non plus dans cette culpabilisation de l’improductivité! Ne rien faire c’est très bien aussi.


Pourriez-vous nous parler de la genèse de Veugue ? Tout est parti d’un sandwich triangle lors d’une pause dej’ chronométrée par votre boss non ?


Exactement! On venait d’acheter un sandwich triangle qu’on a bouffé sur le canal en rêvant d’une vie de rédacteur en chef d’un magazine qu’on aurait créé tous les deux. Et c’est comme ça que Veugue est né.



Ce qui est intéressant, c’est que tout est parti d’une blague entre amis faisant rapidement prendre l’émulsion. Est-ce que vous pensez que c’est ce côté sincère et sans attente particulière a provoqué ce rapide intérêt ?


On pense que l’humour est fédérateur, et encore plus quand il est spontané et qu’il évoque des références communes! Je pense que c’est justement “ce délire entre pote” qui a plu aux gens. On pensait utiliser un humour que l’on partage seulement entre potes, dans notre cercle d’amis, et on s’est rendus compte que ça allait beaucoup plus loin que ça.


En plus du côté sincère, c’est comme si plusieurs personnes issues du milieu de la mode avait adhéré à un type de concept moins pesant que tout le monde attendait secrètement. Pensez-vous que ce relâchement était nécessaire ?


Peut être que ce n’est pas ce que les gens de la mode ont envie de montrer, mais avec l’arrivée d’Instagram je pense que ça a ouvert la voie à montrer l’envers du décors, prendre du recul avec ça. L’anonymat de Veugue au début a été un peu nécessaire, comme la voix de la mode, qui se moque de la mode elle-même.



Vous avez aussi touché d’autres sphères, engageant pour beaucoup des découvertes! Qu’est-ce qui a fait que justement ce processus créatif a plu immédiatement ?


Nous pensons que c’est le fait de désacraliser la mode en l’associant à la culture populaire qui a pu toucher le plus de personnes, et justement pas que le milieu de la mode.



Ce que j’adore avec Veugue, c’est qu’une simple image peut basculer la vision de l’identité de la marque de chacun contrairement aux positionnements visés des maisons. C’est important pour vous de pouvoir laisser libre cours à l'interprétation ?


Les marques ont toujours un ADN et un concept, elles doivent toujours s’y tenir, consommer une marque c’est démontrer son appartenance à telle ou telle chose. C’est quelque de chose de très “sacré” dans ce milieu. Avec Veugue, on a juste voulu rendre ces réalités risibles par le biais de l’image. Et bien-sur, chacun peut interpréter cette identité de marque comme il le souhaite. Nous on essaye juste de la parodier.



Comment se passe le retour avec les marques lorsque vous faites un post les concernants ?


Le retour est toujours très positif par les créateurs, et c’est ça qui est encourageant, voir que l’autodérision existe dans la mode.


On a pu voir sur quelques photos un côté un peu plus engagée de Veugue vis à vis d’actions de marques. Utilisez-vous la satire pour exprimer une forme d’avis sur une question sociale ?


Bien sur, cela toujours été un peu le but de la satyre. Arriver à parodier une maison tout en dénonçant des choses plus sérieuses. Mais c’est aussi le fait d’oser montrer des choses dont on ne parle pas forcément. Notre contenu est très caricatural, mais il y a toujours une part de vérité.



On a souvent cette vision de la cruauté et de l'élitisme du milieu de la mode avec une dimension très hautaine, dites nous la vérité les Veugue(s), c’est vraiment comme ça ?


Malheureusement, ça existe encore beaucoup dans la mode oui. C’est pourquoi on se voit un peu comme des rebelles qui tentent de rendre ce milieu plus agréable et accessible à tous.


Personnellement, je vois le milieu de la mode comme un secteur dans la forme évoluant avec son temps mais dans le fond très ancré dans des vieux schémas organisationnelles et humains. Le succès de Veugue ou d’autres comptes Instagram seraient-ils le signe d’un changement des diktats internes au milieu ?


Aujourd’hui, avec la montée énorme des réseaux sociaux, l’information peut être très rapide. La mode est donc un peu obligé de s’adapter à ces sujets de société. La mode est censé vendre du rêve, mais aussi des idéaux, donc les consommateurs sont très attentifs aux valeurs d’une maison. Elle a donc une grande portée et l’on espère que l’adaptation continuera. Notamment avec la possible fin de consommation de masse du street-wear et la montée du vintage.




Pensez-vous que la nouvelle génération que vous incarnez soit en mesure d’accompagner cette transition ?


Oui, c’est même un devoir pour notre génération qui a crucialement besoin de changement.


D’un point de vue Veuguien, quelles sont les prochaines étapes de ses membres ? Comptez-vous utiliser l’entité Veugue hors Instagram?


On aimerait tout d’abord, comme on l’avait déjà annoncé, développer notre merchandising avec des t-shirts. Puis, bien-sur, sortir un magazine papier. On est très attaché au papier, à la presse, et on trouve que cette “digitalisation” constante peut être triste.

On avait également parlé d’un évènement où on voulait parodier le Met Gala, donc le “Veugue Gala”, comme une sorte de vraie rassemblement dans la rue qui ne s’arrêterait pas à un réseau social.

Enfin, le rêve serait que Veugue finisse dans Vogue!



Qu’est ce que l’âme Veugue ?


Le franchouillard.


Hé le gang des Veugue, vous auriez pas 3-4 sons à nous faire découvrir par hasard ?


Alors déjà, on est obligé de vous parler du nouvel album de Lady Gaga “Chromatica”, parce que c’est un peu notre mère spirituelle chez Veugue. Après, on a beaucoup de plaisirs coupables. Ça peut aller de la variété française “Comme un Ouragan” de Stéphanie de Monaco, à la vieille dance music des années 2000 style “Our Own Way”.


Autre choses à nous faire partager ? (Artistes, Musiciens, Films, Livres etc…)


Peut être revenir sur nos références fondamentales de Veugue dans l’humour avec la troupe du Splendid, les Inconnus, et les Nuls.


Vous voulez faire une dédicace à la Skyrock en 2009 ?


Bonsoir Paris. Merci le Stade de France.


NOW THAT YOU LOVE THEM SUPPORT THEM

INSTA VEUGUE









53 vues
Join my mailing list
  • White SoundCloud Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon